1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La réforme Trump offre 29 milliards de dollars à Warren Buffett et ses actionnaires

Le Monde26/02/2018 à 04:55

L'investisseur Warren Buffet le 3 octobre 2017 à Omaha, dans le Nebraska.

Deuxième fortune mondiale, l'investisseur américain, qui avait soutenu Hillary Clinton en 2016, encaisse les bénéfices d'une mesure qu'il avait combattue à l'automne.

Les boursicoteurs attendent chaque année avec impatience la lettre de Warren Buffett à ses actionnaires. Ils espèrent suivre les préconisations de l'investisseur génial, surnommé l'« oracle d'Omaha » (Nebraska), sa ville d'origine, capitale des éleveurs et porte d'entrée de l'Ouest américain. Cette année, l'oracle a surtout révélé le passé : son entreprise Berkshire Hathaway a enregistré, en 2017, 29 milliards de bénéfices supplémentaires... grâce à Donald Trump.

Techniquement, la réforme fiscale adoptée fin décembre a conduit à une baisse des provisions pour impôts, les profits ne devant plus à l'avenir être imposés qu'à 21 % contre 35 % auparavant. Résultat, le bénéfice net de Berkshire Hathaway a doublé, passant de 24 à 45 milliards de dollars entre 2016 et 2017. Comme l'écrit pudiquement Warren Buffett, « une large part de nos profits ne viennent pas de quoi que ce soit que nous ayons réalisé ».

M. Buffett, deuxième fortune mondiale derrière Bill Gates selon le magazine Forbes, avait soutenu en 2016 Hillary Clinton et encaisse les bénéfices d'une réforme fiscale qu'il avait combattue à l'automne. « Nous avons beaucoup d'activités, 60 ou 70. Je ne pense pas qu'une seule d'entre elle soit non compétitive dans le monde à cause du taux de l'IS », avait déclaré l'intéressé sur CNBC. Ce dernier est plus inquiet des coûts prohibitifs de la santé qui pèsent sur l'économie américaine, et a annoncé cet hiver le lancement avec Amazon et JPMorgan d'une assurance médicale pour les...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer