1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La réforme des régions en France critiquée à Strasbourg

Reuters22/03/2016 à 15:12

UN MANQUE DE CONSULTATION POINTÉ DU DOIGT DANS LA RÉFORME DES RÉGIONS EN FRANCE

STRASBOURG (Reuters) - La France n’a pas respecté la Charte européenne de l’autonomie locale lors du redécoupage des régions par la loi du 16 janvier 2015 qui a réduit leur nombre de 22 à 13 en métropole, a estimé mardi le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe.

Dans une résolution adoptée par 143 voix contre deux et sept abstentions, cette assemblée consultative, qui représente les collectivités locales et territoriales au sein du Conseil de l’Europe, exprime sa "préoccupation" du fait que "les régions n’ont pas été consultées préalablement de manière effective".

L’article 5 de la Charte, que la France a signée en 1985 et ratifiée en 2007, stipule que "pour toute modification des limites territoriales locales, les collectivités locales concernées doivent être consultées préalablement, éventuellement par voie de référendum là où la loi le permet".

Le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat, saisis l’un et l’autre de contestations du redécoupage par des parlementaires, des associations ou des particuliers invoquant, notamment, cette charte, avaient l’un et l’autre conclu à la validité de la loi.

"Les décisions prises ont posé la question du statut d’un traité international dans l’ordre juridique français", a néanmoins estimé la socialiste autrichienne Gudrun Mosler-Törnström, vice-présidente du parlement de la ville de Salzbourg et co-rapporteur du projet de résolution.

Cette absence de consultation, pour une réforme de cette nature, "ne peut qu’entraîner une méfiance des citoyens à l’égard des institutions démocratiques", a-t-elle ajouté.

Estelle Grelier, secrétaire d’Etat aux collectivités territoriales au sein du gouvernement français, est intervenue à l’issue du vote pour contester ce point de vue.

"Cette réforme a fait l’objet de larges consultations dès le début du quinquennat en 2012 avec l’ensemble des associations d’élus", a-t-elle souligné.

(Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ben2906
    22 mars16:32

    Cette Europe là est celle du profit pour une minorité et du chômage grandissant... c'est une Europe faciste oú aucun people n'est respecté...

    Signaler un abus

  • M1765517
    22 mars16:05

    si si, la croissance sera relancée par la fabrication de nouveaux panneaux et autres signalétique au nom des hauts de France et consorts ! Je n'ose pas penser un seul instant aux copains vers qui iront ces commandes !

    Signaler un abus

  • lorant21
    22 mars15:39

    réforme faite sur un coin de table un dimanche soir par F.Hollande.

    Signaler un abus

  • M940878
    22 mars15:38

    ils n'ont rien réformé du tout , ça va coûter cher et il y aura toujours autant de fonctionnaires

    Signaler un abus

  • M4841131
    22 mars15:34

    Dans une résolution adoptée par 143 voix contre deux et sept abstentions, cette assemblée consultative ==>>> donc 152 payés pour rien...........

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer