1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La réforme constitutionnelle soumise au Parlement turc
Reuters10/12/2016 à 19:40

 (Propos du Premier ministre, contexte et détails) 
    ANKARA, 10 décembre (Reuters) - Le Parti de la justice et du 
développement (AKP) au pouvoir en Turquie a transmis samedi au 
Parlement un projet de réforme de la Constitution visant à 
renforcer la fonction présidentielle. 
    La réforme, que le président Recep Tayyip Erdogan prône de 
longue date, établirait un régime présidentiel fort, calqué sur 
la France ou les Etats-Unis. 
    Un régime à même, selon le président Erdogan, de protéger la 
Turquie de l'instabilité politique.  
    Ses détracteurs craignent qu'un tel changement de régime 
n'aboutisse à concentrer trop de pouvoir entre les mains du chef 
de l'Etat, déjà accusé de dérive autocratique. 
    La réforme lui permettrait théoriquement de rester au 
pouvoir jusqu'en 2029, s'il gagnait le scrutin présidentiel 
prévu en 2019 et était réélu cinq ans plus tard. 
    Le Premier ministre, Binali Yildirim, a estimé samedi que 
les changements envisagés sonneraient le glas des gouvernements 
de coalition en Turquie. "Il n'y aura plus qu'un exécutif fort", 
a-t-il dit à la presse.    
    Pour être adoptée, une modification de la Constitution doit 
être votée par au moins 330 députés sur les 550 que compte la 
Grande Assemblée nationale turque, le Parlement monocaméral. 
    Les 316 députés de l'AKP devraient y recevoir le soutien 
suffisant des 39 élus du Parti d'action nationaliste (MHP, 
opposition d'extrême droite). 
    La réforme, qui inclut des modifications aux structures des 
systèmes judiciaire et sécuritaire, sera ensuite soumise à 
référendum. 
 
 (Tuvan Gumrukcu et Ercan Gurses, Henri-Pierre André et Gilles 
Trequesser pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer