1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La redevance audiovisuelle va augmenter d'un euro en 2016

Reuters13/09/2015 à 11:29

LA REDEVANCE AUDIOVISUELLE EN HAUSSE DE UN EURO EN 2016

PARIS (Reuters) - Le gouvernement va augmenter la redevance audiovisuelle d'un euro en 2016 ainsi que la taxe payée par les fournisseurs d'accès à internet, pour financer la télévision et la radio publiques, annonce la ministre de la Culture dans le Journal du Dimanche.

Fleur Pellerin exclut en revanche le rétablissement de la publicité sur les chaînes publiques après 20h00.

"Nous avons des objectifs ambitieux pour France Télévisions, Radio France et les autres entreprises de l'audiovisuel public", explique-t-elle au JDD. "Nous sommes aussi soucieux de bien gérer ces entreprises que financent les Français."

"Une solution aurait été d'augmenter la redevance de quatre euros : nous nous y refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser les prélèvements", ajoute-t-elle.

Fleur Pellerin propose que la hausse de la redevance reste limitée à l'inflation et donc "contenue à un euro" en 2016, "la plus faible augmentation depuis 2008".

"En complément, nous augmenterons à la marge la taxe que paient les opérateurs d'accès à Internet, qui passera de 0,9 % de leur chiffre d'affaires à 1,2 %. Cette fraction des recettes sera affectée de façon pérenne à l'audiovisuel public", ajoute la ministre de la Culture.

Elle estime que les opérateurs ne prendront pas le risque de répercuter cette hausse sur leurs tarifs, en raison de la concurrence qui règne dans ce secteur.

Rétablir la publicité supprimée après 20h00 sur les chaînes publiques par l'ancien président Nicolas Sarkozy risquerait en revanche de déstabiliser les autres médias, fait-elle valoir.

PAS DE TAXE SUR LES ORDINATEURS

"C'est vrai, nous avons un sujet de financement car Nicolas Sarkozy a fragilisé les ressources de l'audiovisuel public en les rendant très dépendantes du pouvoir politique", déplore la ministre de la Culture.

Elle rappelle que le président de Radio France, Mathieu Gallet, a proposé un projet stratégique avec des efforts sur l'organisation du travail et une meilleure planification des congés, ainsi que des départs non remplacés.

"Ce qui m'importe, c'est que l'emploi ne soit pas la seule variable d'ajustement et j'ai été entendue", assure-t-elle.

Quant à la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, elle travaille sur son propre plan stratégique et en discutera à l’automne avec le gouvernement, dit la ministre.

Elle qualifie par ailleurs le lancement d'une chaîne d'informations sur internet annoncé par Delphine Ernotte de "très beau projet".

Elle confirme enfin que l'idée de taxer ordinateurs, tablettes et smartphones n'est pas à l'ordre du jour.

"Notre réflexion tient compte des usages, qui ne se résument plus à un écran télé dans un salon", explique-t-elle. "Il faudra s'interroger dans le futur sur une réforme plus globale, adaptée à ces nouveaux usages. Mais le gouvernement tient sa ligne : il n’y a pas de nouvel impôt pour les ménages."

(Emmanuel Jarry)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6749774
    13 septembre12:13

    Qu'à internet à voir avec les chaines d'état françaises. C'est du vol pour financer des programmes ridicules faits par des nuls en quantités illimitées.

    Signaler un abus

  • xk8r
    13 septembre11:37

    ils ont taxés le fournisseurs internet qui vont nous augmenter par derrière ! c'est ça les so ces : tout par derrière

    Signaler un abus

  • cedimax
    13 septembre11:29

    Ces hauts fonctionnaires ne comprennent rien à l économie. Elle osé d parler d une augmentation à la marge. Sait elle que passer une taxe de 0.9 à 1.2 c est l augmenter de plus de 30 %. Ou prend elle les français pour stupides ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.