Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La réaction de l'équipage en cause pour le crash d'Air Algérie

Reuters22/04/2016 à 18:01
 (Actualisé avec rapport BEA) 
    BAMAKO, 22 avril (Reuters) - Le rapport final d'enquête sur 
l'accident de l'avion d'Air Algérie qui a fait 116 morts, dont 
54 Français, le 24 juillet 2014 au Mali confirme qu'un problème 
de givrage et l'absence de réaction de l'équipage est à 
l'origine du crash.  
    L'accident résulte de la combinaison de l'obstruction des 
capteurs de pression, "vraisemblablement par des cristaux de 
glace", mais, surtout de la "non activation des systèmes 
d'antigivrage par l'équipage", indique le document.  
    Le Bureau d'enquête et d'analyses (BEA) français met 
également en cause "l'absence de réaction de l'équipage" à la 
diminution de vitesse de l'appareil, à la transmission de 
valeurs erronées sur la poussée, et à l'alarme de décrochage. 
    Autre grief: "l'absence d'actions adaptées de l'équipage sur 
les commandes de vol pour sortir d'une situation de décrochage". 
    Le givrage des capteurs entraîne une transmission 
d'informations erronées au pilote automatique, qui limite la 
poussée des moteurs et provoque donc un ralentissement de 
l'appareil, qui finit par décrocher. 
    Une première analyse du BEA diffusée en avril dernier 
montrait que l'équipage n'avait pas activé le système de 
protection contre le givre des capteurs de pression et que 
ceux-ci avaient dysfonctionné. 
     
    DES RECOMMANDATIONS 
    L'avion, en prenant de l'altitude, a essayé "de contourner 
une zone orageuse" et a pu malgré tout "atteindre sa vitesse de 
croisière et le niveau de vol requis", avait auparavant expliqué 
le ministre malien des Transports, Mamadou Achim Koumaré, à 
l'issue de la cérémonie de présentation du rapport à Bamako. 
    "Mais dans les zones de turbulence, il y a souvent du 
givrage, et il y a eu un givrage au niveau des moteurs de 
l'avion, ce qui fait qu'il n'y a pas assez de poussée pour qu'il 
continue", a-t-il souligné. 
    "C'est à ce moment-là que l'avion a fait un virage à gauche 
et a plongé. Il s'est révélé que le système d'anti-givrage n'à 
pas totalement fonctionné", a-t-il ajouté. 
    L'avion d'Air Algérie, un McDonnel Douglas MD-83 qui reliait 
Ouagadougou à Alger, avait chuté à grande vitesse environ une 
demi-heure après le décollage et s'était désintégré en touchant 
le sol. 
    La commission d'enquête du Mali et le BEA avaient adressé en 
juillet 2015 trois recommandations de sécurité portant sur 
l'information des équipages sur le risque de givrage des 
capteurs. 
    Le rapport final fait dix recommandations supplémentaires de 
sécurité, dont l'étude d'un système d'antigivrage permanent des 
capteurs sur le MD80 et la modification des critères 
d'activation de ces systèmes sur ce type d'appareil. 
    Le BEA prône également l'information et l'entraînement des 
équipages sur les particularités du décrochage en croisière du 
MD80 et l'étude d'une modification du pilote automatique pour 
qu'il se déconnecte à l'approche du décrochage.        
 
 (Tiemoko Diallo, avec Gérard Bon à Paris, édité par Yves 
Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.