Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La question des migrations dues au climat bientôt prioritaire

Reuters12/12/2014 à 17:17

LA QUESTION DES MIGRATIONS DUES AU CLIMAT DOIT DEVENIR PRIORITAIRE

par Megan Rowling

LIMA (Reuters) - Les pays les plus exposés aux conséquences néfastes du réchauffement climatique doivent d'urgence mettre en place des politiques d'aide à la relocalisation des populations vulnérables, soulignent des experts à la conférence internationale de Lima sur le climat.

"On sait maintenant que le changement climatique est un facteur de migration et qu'il devrait provoquer une hausse du déplacement des populations", a déclaré Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations unies sur le climat.

"C'est une question qui n'est pas assez débattue", a ajouté l'ancienne présidente irlandaise. "C'est un problème qui mérite de nouvelles solutions."

Depuis 2008, on évalue à 27 millions de personnes par an en moyenne le nombre de réfugiés climatiques.

Selon la Nansen Initiative, qui aide les gouvernements à imaginer des moyens de protéger ces populations, le thème des migrations climatiques devra être pris en compte dans le nouveau pacte sur le climat qui doit être adopté lors de la conférence de Paris fin 2015.

"Non seulement parce qu'alors seulement, la mobilité humaine sera intégrée aux plans d'adaptation au changement climatique, mais aussi parce que l'accès aux financements dont ont besoin certains pays sera gravé dans le marbre", a expliqué Walter Kaelin, avocat et délégué de la Nansen Initiative à Lima, où se déroule la 20e conférence des parties de la Convention-cadre de l'Onu sur les changements climatiques (CCNUCC).

Les experts estiment que la priorité des Etats est de protéger sur place les populations à risque, en les aidant à mieux sécuriser leur accès à l'eau potable, en fabriquant des habitations plus résistantes aux conditions climatiques extrêmes et en améliorant les systèmes d'alerte et de prévention.

Mais dans certaines circonstances, quand un endroit est devenu totalement inhospitalier, la seule option est le départ, une situation que de nombreux Etats ont du mal à accepter et à anticiper.

DES EXEMPLES À SUIVRE

Les programmes d'adaptation au changement climatique que mettent en place les pays en développement n'envisagent guère la relocalisation d'un point de vue stratégique.

Quelques exceptions pourraient toutefois servir d'exemple.

L'île de Kiribati, menacée par la montée des eaux de l'océan Pacifique, a ainsi mis en place une politique de formation et tissé des liens avec les communautés d'expatriés afin que les habitants souhaitant s'expatrier puissent le faire avec "dignité".

En Amérique du Sud, la Colombie est le premier pays à avoir intégré le problème de la migration dans son plan national d'action face au changement climatique, déclare Diego Beltrand, de l'Organisation internationale pour les migrations.

Et aux Fidji, où des dizaines de villages ont besoin d'assistance face au changement climatique, le gouvernement met la dernière touche à un ensemble de mesures de relocalisation, dit Marine Franck, du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

La relocalisation de communautés doit être une "solution de dernier ressort quand tous les autres moyens d'adaptation ont échoué", souligne cette responsable. Mais les Etats doivent tenir compte de ce problème dans l'élaboration de leurs stratégies.

Il est ainsi primordial de discuter avec les communautés, comme récemment à Choiseul, une province des îles Salomon, où les autorités ont consulté les habitants du chef-lieu de l'île de Taro, avant de décider de les relocaliser dans une nouvelle ville, où ils s'installeront pas étapes.

(Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.