Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La qualité de l'étude française sur les OGM jugée insuffisante

Reuters04/10/2012 à 20:37

L'EFSA JUGE INSUFFISANTE LA QUALITÉ DE L'ÉTUDE DE GILLES-ÉRIC SERALINI SUR UN MAÏS OGM

BRUXELLES/PARIS (Reuters) - L'étude menée par une équipe de chercheurs français sur un maïs OGM et un pesticide de Monsanto est d'une qualité scientifique insuffisante pour en tirer des conclusions, selon un avis rendu jeudi par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa).

Selon cette étude du biologiste Gilles-Eric Seralini effectuée sur une population de rats, la consommation de maïs NK603 de la firme américaine provoque des effets dommageables pour la santé, comme des tumeurs mammaires et des troubles organiques des reins et du foie.

"Aucune conclusion ne peut être tirée sur l'apparition de tumeurs chez les rats testés", a déclaré dans un communiqué l'EFSA, qui pointe les défauts méthodologiques de cette étude publiée mi-septembre.

Les scientifiques de l'EFSA critiquent notamment le choix d'une espèce de rats particulièrement prompte à développer des tumeurs ainsi que l'absence de groupes de "contrôle" - des groupes test - suffisants.

L'autorité, qui rendra un avis définitif fin octobre, estime dans cette première analyse que l'étude est "d'une qualité scientifique insuffisante pour être considérée comme valide pour l'évaluation des risques" mais elle demande quand même aux auteurs de lui fournir plus de données.

Le professeur Gilles-Eric Seralini a immédiatement déclaré que son équipe mettrait en ligne toutes les informations nécessaires à condition que l'autorité européenne en fasse de même.

"Je demande immédiatement les informations qui leur ont permis d'autoriser ces produits. Leur autorisation repose selon nous sur des données et sur une méthodologie encore plus insuffisantes", a-t-il dit à Reuters par téléphone.

"CONFLITS D'INTÉRÊTS"

Au lendemain de la publication de cette étude choc, Gilles-Eric Seralini et Corinne Lepage, co-fondadrice avec lui du Comité de recherche et d'information indépendants sur le génie génétique (CRIIGEN), avaient mis en cause l'honnêteté des experts européens.

"Nous n'attendons rien de l'Efsa, lourdement mise en cause pour conflits d'intérêts sur les OGM. L'Efsa, pour autoriser ces mêmes produits a travaillé de manière laxiste", a redit jeudi le biologiste de l'université de Caen.

A la demande du gouvernement français, l'Agence nationale se sécurité sanitaire (Anses) rendra elle aussi un avis sur les conclusions de l'étude à la fin du mois d'octobre.

Tandis que Monsanto a réaffirmé la confiance qu'il portait dans ses produits, la Russie a décidé d'interdire temporairement les importation du maïs NK603 après la publication de l'étude.

Le gouvernement s'est engagé à prendre des mesures d'interdiction à l'importation - seule la culture est interdite en France - si les risques sanitaires du maïs NK603 de Monsanto étaient confirmés.

Mais contrairement à d'autres produits génétiquement modifiés comme le soja, ce maïs n'est de fait pas importé en France, selon le ministère de l'Agriculture.

Dans un récent sondage IFOP pour Dimanche Ouest-France, huit Français sur dix s'inquiètent de la présence éventuelle d'OGM dans leur alimentation.

Charlie Dunmore et Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.