Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La prostitution se développe en France avec le crime organisé

Reuters 26/01/2012 à 15:16

par Thierry Lévêque

PARIS (Reuters) - L'exploitation sexuelle se développe sous de multiples formes en France du fait le plus souvent du crime organisé et une

réforme législative est indispensable pour lutter contre ce phénomène, estime une fondation spécialisée dans un rapport.

Les 18.000 à 20.000 prostituées que compterait le pays viennent désormais du monde entier, du fait d'une mondialisation croissante de l'activité. Elles travaillent plus souvent en périphérie des grandes villes, dans les forêts ou dans de faux "salons de massage",

dit la fondation Scelles.

Alors que le débat est relancé par des affaires médiatisées, comme l'enquête sur un possible réseau de proxénétisme lié au Carlton de Lille,

la fondation souligne le climat de violence et de misère dans lequel vivent les prostituées.

"Je n'ai pas rencontré une seule prostituée qui s'épanouissait. Si la prostitution heureuse existe, je ne l'ai jamais rencontrée", a dit à

Reuters Yves Charpenel, avocat général à la Cour de cassation et président de cette fondation.

Il dit avoir en revanche constaté dans son activité des pratiques brutales comme l'acheminement massif et soudain d'Equatoriens ou

d'Européennes de l'Est vers des villes françaises, ou le cas d'une jeune Serbe qui a été vendue 12 fois entre gangs et a subi trois avortements

forcés et des violences à l'arme blanche.

L'exploitation sexuelle est selon la fondation en plein expansion, car elle rapporte beaucoup, dit-elle selon les chiffres obtenus par

croisements de statistiques publiques. Une prostituée rapporterait en France en moyenne 150.000 euros nets par an à son souteneur.

Les profits sont très variables, puisque, selon un processus économique classique de diversification des "produits", ils peuvent aller de cinq

euros la passe sur le périphérique parisien à plusieurs milliers d'euros dans les grands hôtels. La mondialisation ouvre des perspectives, selon

Yves Charpenel.

"Le potentiel de développement de la traite est immense", dit-il.

LA CHINE, NOUVELLE VENUE EN FRANCE

Le "rapport mondial sur l'exploitation sexuelle", premier du genre publié par la fondation, souligne que l'action publique est très limitée en

France sur le phénomène, avec une trentaine de réseaux criminels démantelés chaque année.

Des organisations criminelles d'Afrique centrale, d'Afrique du Nord, des Balkans et d'Amérique du Sud sont aujourd'hui rejointes en

France par celles de Chine, dont l'importance connaît une croissance remarquable, dit le rapport.

Selon Yves Charpenel, la technique constatée par la police française est de faire venir en France de jeunes immigrées chinoises avec des

titres de séjours légaux et en vue d'un emploi, mais avec une énorme dette de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers d'euros qui doit être

remboursée.

Une expansion de la prostitution chinoise est visible ces derniers mois dans certains quartiers de Paris.

L'utilisation des bars à hôtesses et des salons de "massages" pour la prostitution (130 à Paris actuellement) permet de contourner la loi, de

même que l'utilisation d'internet, dit le rapport.

L'image du "libertinage" serait illusoire car sur les 10.000 adresses de ce genre en France, seules 4.000 seraient liées à des prostituées

indépendantes, selon un sociologue, Laurent Mélito, cité par la fondation.

Quant au phénomène de la prostitution d'étudiantes finançant leurs études en vendant leurs charmes sans proxénètes, dont ont fait état

des médias sur la base de cas particuliers, la fondation conclut qu'il est impossible à quantifier.

La fondation se prononce pour l'instauration de poursuites contre les clients des prostituées, mais pas pour l'interdiction de la prostitution

elle-même, qui serait selon elle sans effet et aurait l'inconvénient majeur à ses yeux de punir des victimes, alors qu'un mouvement se dessine

en ce sens.

Elle juge surtout utile de développer l'aide aux prostituées. "Aucun service public n'accueille aujourd'hui les prostituées", rappelle Yves

Charpenel. Une prostituée dénonçant ses exploiteurs doit attendre leur condamnation judiciaire définitive pour obtenir un titre de séjour.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.