Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La prime prévue pour l'ex-patron d'Air France contestée

Reuters25/05/2012 à 18:35

La prime prévue pour l'ex-patron d'Air France contestée

PARIS (Reuters) - Le syndicat aérien Unsa et le député UMP Bernard Carayon ont fustigé vendredi le projet d'octroyer une prime de non-concurrence de 400.000 euros à l'ancien directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon.

Le syndicat enjoint l'ensemble des actionnaires, des salariés, et l'Etat, qui détient une partie du capital d'Air France, à refuser le versement de la prime lors de l'assemblée générale des actionnaires programmée à la fin du mois.

Ces protestations interviennent alors que des menaces de suppressions de postes planent sur la compagnie française, qui dit avoir décelé des "sureffectifs" dont elle ne précisera le volume que durant la deuxième quinzaine de juin.

La compagnie a publié une mise au point écrite où elle explique que la prime en question a déjà été versée, qu'elle répond aux obligations et aux usages, et que les actionnaires ne peuvent pas revenir dessus.

"La résolution soumise au vote des actionnaires le 31 mai prochain est une ratification d'ordre technique de ce versement d'ores et déjà décidé et effectué il y a plusieurs mois", écrit-elle.

Pierre-Henri Gourgeon, évincé en octobre 2011 de la direction générale d'Air France-KLM En raison de la mauvaise situation de la société, déficitaire et endettée, percevait un salaire annuel de 750.000 euros, auquel s'ajoutait une part variable de 263.000 euros.

A son départ, il a reçu une indemnité - un "parachute" - de 1,125 million d'euros plus la fameuse indemnité de non-concurrence, aujourd'hui visée, de 400.000 euros en échange du respect d'un engagement de non-concurrence pour trois ans, selon les documents officiels de la société.

Dans son communiqué, Air France minimise l'importance de ces sommes et relève qu'elles sont conformes au "code de bonne conduite" adopté par le patronat après plusieurs controverses.

"Au global, le montant cumulé (...) n'excède pas le plafond de deux ans de rémunération fixe et variable, conformément à l'article 20.2.4 du Code de gouvernement d'entreprise AFEP-Medef", lit-on.

UN ÉLU UMP DÉNONCE UN MONTANT "INDÉCENT"

L'assemblée générale du groupe proposera aux actionnaires d'approuver le versement d'une indemnité "sur fond de crise grave et dans un contexte de résultats dégradés depuis plusieurs années", rappelle l'Unsa dans un communiqué.

Le syndicat voit l'enveloppe de départ de l'ancien dirigeant d'une autre manière que la société.

"Si cette prime est approuvée, la rémunération globale de l'ancien haut dirigeant d'Air France s'élèvera à 2,2 millions d'euros pour une période de 6,5 mois de travail du 1er avril 2011 au 17 octobre 2011", écrit-il.

La clause de non concurrence vise à interdire à un salarié l'exercice d'activités susceptibles de nuire à son ancien employeur.

Les syndicats et la gauche pourfendent ces techniques de rémunération différée qui avec les "parachutes dorés" (indemnités de départ), "golden hello" (prime de bienvenue), actions gratuites et stock-options viennent à leurs yeux gonfler démesurément les gains des dirigeants.

Dans un communiqué, Bernard Carayon, député UMP du Tarn spécialiste des questions aéronautiques, juge le montant de la prime prévue pour l'ex-PDG "indécent" et lui demande d'y renoncer compte tenu de son bilan.

"L'ex-PDG avait été évincé de la compagnie nationale après avoir voulu imposer l'achat de Boeing plutôt que d'Airbus. La mobilisation, à mon initiative, de 186 députés de toutes sensibilités avait permis d'inverser le résultat", écrit-il.

Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a déclaré vendredi à l'issue d'un entretien avec le PDG d'Air France que le gouvernement serait particulièrement attentif à ce que le plan de redressement de la compagnie aérienne ne se traduise pas par des licenciements secs. Air France emploie environ 70.000 personnes.

Gérard Bon et Thierry Lévêque, avec Cyril Altmeyer, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.