Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La primaire à gauche s'impose, estime Jean-Christophe Cambadélis

Reuters 18/02/2016 à 13:05

JEAN-CHRISTOPHE CAMBADÉLIS ESTIME QU'UNE PRIMAIRE À GAUCHE S'IMPOSE

PARIS (Reuters) - L'organisation d'une primaire "rassemblant toute la gauche" s'impose pour remporter l'élection présidentielle de 2017, a déclaré jeudi le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

Le chef de file du parti s'était jusqu'à présent dit ouvert à la tenue d'une primaire - à l'image de celle organisée par la droite et le centre de novembre - sans pour autant aller jusqu'à dire que cette consultation s'imposait.

"Je suis pour une primaire de toute la gauche", a-t-il dit sur BFM TV RMC. "Elle s'impose."

"Elle doit permettre de définir un candidat unique de la gauche, c'est le seul moyen de gagner la présidentielle", a-t-il ajouté. "S'il y a émiettement à gauche, eh bien nous serons éliminés au premier tour".

En 2012, à la dernière élection présidentielle, la gauche était partie en ordre dispersée mais François Hollande avait remporté une primaire à laquelle seuls des socialistes et le président du parti radical de gauche avaient concouru.

Mais la perspective d'une possible accession du Front national au second tour en 2017 a poussé ces derniers mois les dirigeants de gauche à réfléchir à un moyen d'éviter un trop grand nombre de candidatures.

L'aile gauche du PS a adopté fin janvier à l'unanimité un texte appelant leur parti à participer à l'organisation de primaires citoyennes pour désigner le candidat des gauches.

Les écologistes Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse, qui a rejoint le gouvernement la semaine dernière la faveur du remaniement, se sont ralliées à cette idée.

HOLLANDE "LE PLUS CRÉDIBLE"

En revanche Jean-Luc Mélenchon, candidat Front de gauche à la présidentielle de 2012, s'y oppose et a déjà annoncé début février sa candidature.

"S'il y a une primaire de toute la gauche, elle s'imposera à toute la gauche", a dit Jean-Christophe Cambadélis. "Elle s'imposera a tout le monde, donc au président de la République", qu'il juge être le "candidat le plus crédible."

"Mais pour l'instant, il n'y a pas une primaire de toute la gauche parce que ce qu'on nous propose c'est une primaire d'une partie de la gauche contre une autre partie de la gauche", a-t-il ajouté, faisant allusion notamment à Jean-Luc Mélenchon. "Le problème n'est pas la primaire c'est son périmètre".

Plusieurs ministres de François Hollande ont jugé récemment qu'il serait impossible pour un président en exercice de mener à bien sa mission tout en faisant campagne pendant des mois pour s'imposer comme le candidat de son camp à un second mandat.

Le 11 février dernier, au soir du dernier remaniement gouvernemental, le chef de l'Etat avait tenu des propos qui maintenaient une certaine ambiguïté mais qui évoquaient clairement cette difficulté.

"Ce que je crois le plus profondément c'est que les partis peuvent librement s'organiser, il peut y avoir des initiatives, mais ce que j'ai à faire c'est à avancer, ce que j'ai à faire, c'est à réformer jusqu'au bout", avait-il dit aux journalistes de France 2 et TF1 qui l'interrogeaient sur une primaire.

"Mais aujourd'hui (...), nous sommes à 14 mois de l'élection présidentielle, je vais déjà me mettre en campagne alors que je n'ai pas encore fait tout ce que j'ai à faire ?"

(Marine Pennetier, avec Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.