1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La politique «n'est plus mon quotidien», assure Nicolas Sarkozy
Le Parisien14/06/2019 à 18:30

La politique «n'est plus mon quotidien», assure Nicolas Sarkozy

Trois ans après sa défaite à la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy assure ne pas vouloir remettre les mains dans le cambouis de la machine Les Républicains. En déplacement à Belfort (Territoires de Belfort) pour inaugurer une rue Simone Veil, l'ancien président de la République n'a pas manqué d'être interrogé par les journalistes sur les problèmes auxquels est confrontée sa famille politique après la claque des européennes.« J'ai beaucoup de fidélité, d'amitié pour les militants, les électeurs, tous ceux qui m'ont fait confiance, a-t-il déclaré. Je les aime beaucoup, mais ce n'est plus mon quotidien, ce n'est pas ma responsabilité. Je ne suis plus élu. » La déclaration a été rapidement relayée sur Twitter par Jean Leonetti, président par intérim de LR depuis la démission de Laurent Wauquiez consécutive au piteux score (8,48 %) des élections européennes. Nicolas Sarkozy sur Les Républicains: "Je les aime beaucoup, mais ce n'est plus mon quotidien" pic.twitter.com/RoJbMyghCE-- BFMTV (@BFMTV) 14 juin 2019Nicolas Sarkozy était à Belfort à l'invitation du maire (LR) Damien Meslot, aux côtés de Pierre-François Veil, troisième fils de l'ancienne présidente du Parlement européen et survivante du camp d'extermination d'Auschwitz.À propos de Simone Veil, qui l'avait activement soutenu pendant sa campagne de 2007, l'ancien président a lancé, lors d'un discours : « Simone luttait contre toute forme d'antisémitisme et de racisme. Qui peut dire que ce combat, on n'a pas besoin de le mener aujourd'hui, alors que le monde semble entraîné dans une spirale de l'intégrisme, de la violence, du mépris de la personne humaine ? ».« On ne plaisante pas avec l'antisémitisme, on ne tolère pas le racisme, sur chaque centimètre de la République française. Et croyez-moi, ce combat-là, non seulement il est d'actualité, mais il va falloir le mener, y compris dans notre pays. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer