Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La politique du logement en Ile-de-France épinglée

Reuters 08/04/2015 à 17:32

* Les mises en chantier loin des objectifs * Des politiques peu coordonnées, parfois inflationnistes * La gestion du logement social pointée du doigt par Gregory Blachier PARIS, 8 avril (Reuters) - La Cour des comptes a épinglé mercredi les politiques du logement en Ile-de-France, où elles n'ont pas permis de doper la construction et sont marquées par des mesures inadaptées ou peu efficaces dans le parc privé comme dans le social. La Cour relève dans un rapport que la situation du logement en Ile-de-France est plus complexe que dans le reste du pays en raison de la densité de la région et des prix très élevés. Si certaines politiques trouvent grâce à ses yeux -- elle note que la loi SRU qui impose un taux de logements sociaux y est globalement mieux respectée qu'ailleurs --, elle dénonce la "relative inadaptation des actions menées" qui se heurtent toutefois, reconnaît-elle, à un besoin financier "considérable". La production de logements neufs offre le tableau le plus critique, avec en 2011 un taux de construction de 3,2 logements pour 1.000 habitants en IdF, contre 6,1 à l'échelle nationale. Surtout, souligne-t-elle, l'objectif de mises en chantier n'a jamais été tenu : il était de 53.000 logements entre 1994 et 2007 pour une moyenne de 41.532 mises en chantier, et de 70.000 entre 2010 et 2013 pour une moyenne de 43.980 mises en chantier. Parmi les obstacles figure le prix du foncier, 3,3 fois plus élevé que la moyenne nationale et, dans les zones les plus tendues, des écarts encore supérieurs, de l'ordre de un à dix. Selon les "Sages", la planification publique et l'absence de contraintes posent problème, de même que l'utilisation du foncier, alors que 20.000 hectares sont disponibles. "La mobilisation du foncier public reste très insuffisante et peut se heurter à un autre objectif de l'Etat et de ses opérateurs qui est de valoriser leur patrimoine", dit le rapport qui préconise des mises à dispositions plutôt que des cessions. Le texte recommande en outre une réforme de la fiscalité du foncier, en révisant la base d'imposition et la taxe sur les plus-values, ce que le gouvernement a fait avec des mesures en oeuvre jusqu'au 31 décembre. (voir ID:nL5N0RD2BI ) LA GESTION DU PARC SOCIAL INSATISFAISANTE La Cour des comptes se montre en outre très critique à l'égard des dispositifs d'incitation à l'investissement locatif. Huit se sont succédé depuis 1996, qui "introduisent de fortes rigidités" pour les finances publiques. Surtout, ils ont eu moins d'impact en Ile-de-France, où ils ont concerné 10,8% des opérations réalisées en France entre 1996 et 2009 alors que la région compte 19,3% du parc locatif privé. De même, les prêts à taux zéro permettant d'aider les primo-accédants ont, entre 2005 et 2012, "pu contribuer au maintien de prix élevés" puisqu'ils ont concerné à 80% des achats dans l'ancien, souligne la Cour, qui juge bienvenus les réajustements récents en faveur du logement neuf. Outre qu'elle dénonce l'inefficacité des politiques en faveur de la construction, la Cour des comptes pointe une régulation du marché peu pertinente pour ce qui est du social. Si elle relève que l'Ile-de-France a "efficacement rattrapé son retard initial" au regard de la loi SRU imposant 20% de logements sociaux dans les communes de plus de 3.500 habitants (1.500 dans la région), elle y voit plusieurs dérives. Elle évoque un problème de taille des logements produits (moins de 50% sont supérieurs à deux pièces contre 60% dans les communes non soumises à la SRU), et souligne que l'offre peut en pâtir quand les communes réhabilitent des logements existants, donc opèrent un transfert du parc privé vers le social. En outre, dit-elle, le nouvel objectif de 25% de logements sociaux va sur les communes où le foncier est le plus cher. Et malgré une offre sociale en progression, sa gestion reste insatisfaisante, avec des procédures d'attribution "peu transparentes" en raison de critères divers, dit la Cour qui recommande donc une homogénéisation à laquelle la loi Alur a apporté une première réponse avec la création d'une commission chargée de centraliser les demandes. La Cour préconise encore de mieux appliquer les possibles "sur-loyers" quand des locataires dépassent les plafonds de revenus et propose d'introduire une progressivité des loyers ainsi qu'une réforme de la règle de maintien dans les lieux. (Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.