Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La plus grande usine de cigarettes de France proche de fermer

Reuters14/04/2014 à 18:52

LA PLUS GRANDE USINE DE CIGARETTES EN FRANCE VA FERMER

par Guillaume Frouin

NANTES (Reuters) - La première usine française de fabrication de cigarettes, qui emploie 327 salariés à Carquefou (Loire-Atlantique), fait l'objet d'un projet de fermeture qui sera présenté mardi par Imperial Tobacco, a fait savoir lundi la CGT.

Le groupe britannique, propriétaire de l'usine depuis 2008 - lorsqu'il a racheté Altadis, issu de la fusion entre la Seita et l'espagnol Tabacalera -, envisage également de fermer l'un de ses deux centres de recherche et développement en France, à Bergerac, en Dordogne. Une trentaine d'emplois sont menacés.

Le site de Carquefou, près de Nantes, produit chaque année 12.000 tonnes de cigarettes commercialisées sous une trentaine de marques (Gauloises, JPS, News, Fortuna...).

Le projet de fermeture entre dans le cadre d'un plan d'économies de 385 millions d'euros d'ici 2018 pour Imperial Tobacco, selon Le Figaro.

"On observe une baisse des volumes en France, due à l'augmentation des prix, au durcissement réglementaire et à la cigarette électronique", convient Michel Laboureur, secrétaire CGT du comité d'entreprise de l'usine.

"Mais on pourrait largement la compenser avec l'export, si l?activité était mieux répartie entre les sites. Au niveau mondial, la consommation de tabac augmente."

La direction s'est refusée à tout commentaire lundi, renvoyant au comité central d'entreprise (CCE) de mardi.

Environ 35% des cigarettes produites à Carquefou sont destinées au marché français. Le reste est exporté, notamment en Allemagne ou vers les pays du Moyen-Orient (Irak, Iran, Syrie).

SYMBOLE

"Notre usine est parfaitement rentable. Sur huit usines en Europe, nous sommes au troisième ou quatrième rang en termes de coûts de production", affirme Michel Laboureur.

"De toutes façons, l'usine de Riom (Puy-de-Dôme) est elle aussi condamnée dans les années à venir. Tous les deux, trois ans, Imperial Tobacco ferme un site. Il n'y a pas de stratégie, c'est juste pour en donner toujours plus aux actionnaires."

Après son rachat en 2008 par le groupe britannique, l'ex-Seita, qui disposait du monopole de la vente de tabac en France jusqu'en 1976 et n'a été privatisée qu'en 1995, avait déjà fermé la dernière fabrique française de cigares à Strasbourg, ainsi qu'une usine à Metz, entraînant au total 1.068 suppressions d'emplois.

Une fois le site de Carquefou fermé, Imperial Tobacco n'aurait plus, en France, que l'usine de Riom, où travaillent 224 personnes, ainsi qu'une petite filiale en Corse, une plate-forme logistique au Havre (Seine-Maritime) et un centre de recherche et développement près d'Orléans (Loiret). Les deux derniers emploient chacun une centaine de personnes.

La possible fermeture de ces usines de cigarettes reviendrait, selon le délégué CGT, à faire disparaître un "symbole" français, au moment où Imperial Tobacco s'apprête à lancer la "Gauloise Génération", une cigarette fabriquée à Riom, pour reconquérir des parts de marché dans l?Hexagone.

"Ils avaient ressorti le nom 'Seita', pour faire plus français", relève Michel Laboureur. "Et aujourd?hui, ils sont en train de détruire nos usines, pour se faire toujours plus de fric... C'est d'une ironie terrible."

(Edité par Grégory Blachier et Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.