Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La paupérisation s'accroît chez les seniors

Reuters06/11/2014 à 09:32

LES SENIORS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS PAR LA PAUVRETÉ

PARIS (Reuters) - La paupérisation s'accélère chez les seniors en raison de carrières professionnelles de moins en moins stables et d'une hausse du phénomène d'invalidité, selon le rapport annuel du Secours catholique sur l'état de la pauvreté en France.

Le document met aussi en avant une augmentation de la solitude chez les plus précaires, particulièrement chez les hommes, et alerte les autorités sur la précarité énergétique grandissante avec la montée des prix dans ce domaine.

Le Secours catholique dit avoir accueilli près d'un million et demi de personnes en 2013, dont 8,5% de plus de 60 ans, alors qu'ils représentaient 5% des populations aidées en 2000, et la progression est plus forte chez les plus de 50 ans, qui comptent pour 25,5% des personnes accueillies contre 18% en 2011.

Ce chiffre fait écho à ceux du chômage : en septembre, le nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans avait augmenté de 11,1% sur un an contre 4,0% pour l'ensemble de la population.

Le texte relève qu'un tiers des 55-64 sont bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA).

Le Secours catholique s'inquiète en outre de la proportion grandissante de femmes parmi les seniors accueillis : de 54% en 2003 à 61% en 2013, avec un revenu moyen de 772 euros, "soit 215 euros en dessous du seuil de pauvreté", souligne le rapport.

Les plus âgés ne sont pas les seuls touchés puisque le nombre total de personnes accueillies s'accroît (+46.000), avec une hausse marquée des familles avec enfant, qu'elles soient monoparentales (+2,3%) ou qu'il s'agisse de couples (+6%).

Le revenu mensuel moyen des personnes soutenues, dont 16% de ménages qui n'ont aucune ressource, est de 515 euros par unité de consommation, soit 772 euros pour un couple ou 1.081 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

L'organisation caritative rappelle encore que la pauvreté entraîne la perte de lien social. Ainsi les hommes seuls ont-ils compté pour un quart des ménages accueillis et présentent le niveau de vie moyen le plus faible, avec 437 euros par mois.

Enfin, écrit le Secours catholique, "la précarité énergétique gagne du terrain". L'aide financière apportée aux personnes dans cette situation a presque doublé (+90%) en dix ans.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.