Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La participation, enjeu d'une présidentielle crédible en Russie

Reuters14/03/2018 à 19:07

LA PARTICIPATION, ENJEU D'UNE PRÉSIDENTIELLE CRÉDIBLE EN RUSSIE

par Andrew Osborn

MOSCOU (Reuters) - Vladimir Poutine devrait être confortablement réélu dimanche à la présidence russe au terme d'un scrutin présenté comme joué d'avance, mais paradoxalement, il doit convaincre ses électeurs de se déplacer en masse pour que son élection apparaisse comme le choix de la majorité et donc crédible.

A 65 ans et après 18 années passées au pouvoir, en tant que président ou Premier ministre, Vladimir Poutine est certes très populaire - sa cote de popularité tourne autour de 80% - mais aucun des sept candidats qui se présentent contre lui ne peut être considérés comme un véritable adversaire.

De ce fait, ses équipes estiment que la participation doit être massive et qu'elle sera le véritable baromètre de sa légitimité.

Selon l'institut de sondages public VTsIOM, 74% des électeurs russes ont l'intention de se rendre aux urnes le 18 mars. Mais, le seul grand institut indépendant, le Levada Center, affirme lui que moins d'un tiers des Russes sont vraiment décidés à aller voter.

Selon l'opposition, un taux de participation inférieur à 50%, voire à 55%, mettrait en question la légitimité de Poutine.

"La principale tâche des autorités dans cette 'élection' sera de faire en sorte qu'il y ait un taux de participation élevé pour créer un semblant de légitimité", commente le chef de l'opposition, Alexeï Navalny. L'avocat et blogueur ne peut pas se présenter en raison d'une condamnation à une peine de prison, condamnation qu'il estime fabriquée de toutes pièces.

Chris Weafer, de la société de conseil Macro Advisory, estime lui aussi que le taux de participation sera crucial.

"Tant que Poutine peut montrer qu'il a un fort soutien public, sa place parmi les élites et au sein du Kremlin est assurée", explique-t-il.

COUP DE SEMONCE

Pour les autorités, les dernières élections parlementaires, en 2016, ont été comme un coup de semonce. Le parti Russie unie pro-Poutine a remporté une très large victoire, mais le taux de participation est tombé sous les 50% pour la première fois depuis la fin de l'ère soviétique.

Les taux officiels de participation aux élections présidentielles qui se sont tenues après la chute de l'URSS en 1991 ont été compris entre 64% et 69,7%.

Pour ne pas sortir de cette fourchette, les autorités ont décidé d'organiser la plus grande campagne d'incitation depuis l'arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000.

La Commission centrale électorale a réservé un budget de 770 millions de roubles (plus de 10 millions d'euros) pour faire la publicité du scrutin.

Des sociétés de conseil ont été engagées. Des fonctionnaires ont été priés de faire du porte-à-porte pour rappeler la date du scrutin, qui a été repoussé d'une semaine pour coïncider avec la date anniversaire de l'annexion de la Crimée en 2014.

Les appels au vote sont partout. Sur les cartons de lait, les sacs de supermarché, les écrans de smartphones, les panneaux publicitaires, à la télévision, sur les tickets de caisse.

L'incitation tournerait parfois à la contrainte. Dans la région de Tcheliabinsk, une mère affirme que son fils étudiant se sent obligé de voter. Dans la région de Toulskaïa, un employé d'une société d'Etat raconte que les patrons du groupe ont dit au personnel que le vote était obligatoire. Ils leur ont distribué des coupons à remettre ultérieurement avec la preuve de leur déplacement au bureau de vote.

La Commission centrale électorale, qui a reçu plus de 80.000 plaintes préélectorales, a fait savoir que les responsables qui font illégalement pression sur les électeurs seraient sévèrement sanctionnés.

UN IPHONE POUR LE MEILLEUR SELFIE AU BUREAU DE VOTE

L'incitation est parfois plus festive. A Moscou, les jeunes électeurs qui se réveilleront tôt pour glisser leur bulletin dans l'urne recevront des billets de concert gratuits. Dans la région de Sverdlovsk, les responsables électoraux se sont vus offrir des primes pour faire en sorte que les électeurs sortent de chez eux.

Selon un document confidentiel publié par le quotidien RBC en janvier, le Kremlin aurait conseillé aux responsables des régions d'offrir des iPad ou des iPhone comme récompense au meilleur selfie pris dans les bureaux de vote par les électeurs.

La volonté de faire voter débouche parfois sur des messages surréalistes. Une vidéo devenue virale est allé jusqu'à affirmer : votez dimanche sauf si vous voulez l'hyperinflation et des Africains dans l'armée.

Ce clip, qui a suscité des protestations, a été diffusé à la télévision et vu six millions de fois en ligne.

Alexandre Kazakov, un consultant favorable à Poutine qui a relayé le clip sur sa page Facebook, a expliqué qu'il voulait s'assurer que la victoire de Poutine soit convaincante.

"C'est seulement alors que Poutine sera capable de mener la meilleure politique intérieure et étrangère", a-t-il dit.

Toutes les vidéos sont bonnes pour inciter le citoyen à assumer son devoir électoral. L'une d'entre elles met en scène une jeune fille qui enlève ses vêtements devant un jeune homme dont elle est visiblement amoureuse pour ensuite s'éclipser une fois qu'elle découvre que son compagnon n'a pas pris la peine d'aller voter.

(Avec Jack Stubbs et Masha Tsvetkova à Moscou et Kazbek Basayev à Tuapse, dans le sud de la Russie; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Arthur Connan)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.