Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

«La musiquemoderne africaine est née au Congo, et Manu Dibango y était»
information fournie par Le Point26/03/2020 à 12:03

30 juin 1960. Le Congo belge devient indépendant. Une date magique, une date symbolique, une date qui réunit toutes les mémoires africaines. Et pour cause, un hymne, « Indépendance cha-cha », devenu un tube panafricain, avait fini par sceller de nombreux destins. Parmi lesquels, celui du jeune Emmanuel N'Djoké Dibango, 27 ans. Venu depuis Paris remplacer au pied levé à Bruxelles le saxophoniste de l'African Jazz, célèbre orchestre que dirige Joseph Kabasele, dit Grand Kallé, Manu Dibango assiste dans les coulisses à la fabrication de cette chanson inclassable. « Indépendance cha-cha tozuwi e  ! O Kimpwanza cha-cha tubakidi  ! O Table ronde cha-cha, ba gagné o  ! O Lipanda cha-cha, tozuwi e  ! », composa Grand Kallé pour accompagner et distraire la délégation congolaise qui négociait alors l'indépendance avec la Belgique. Un tournant pour Manu Dibango, qui suivra son mentor jusqu'au Congo (l'actuelle RDC), le « berceau de la musique africaine ». La suite, c'est Binetou Sylla, qui dirige le label Syllart Records, pionnier dans la production des talents africains tels qu'Alpha Blondy, Africando, Oumou Sangaré, Ismaël Lô et bien d'autres, qui nous la raconte. Très affectée par la nouvelle du décès de Manu Dibango foudroyé par le Covid-19 ce 24 mars, la fille du producteur Ibrahima Sory Sylla raconte ses souvenirs dans lesquels les deux hommes affichaient un immense respect l'un pour l'autre. Pour Le Point Afrique, elle

...

0 commentaire