Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La mort des rhinos était prévisible: autopsie d'un fiasco kényan

AFP30/08/2018 à 12:45

Un rhinocéros noir sur le point d'être transféré depuis le parc national de Nairobi vers celui de Tsavo-Est, dans le sud-est du pays, le 26 juin 2018 ( AFP/Archives / TONY KARUMBA )

Le transfert de 11 rhinocéros vers un parc national du sud-est du Kenya ne devait être qu'une formalité. Il s'est transformé en un des plus grands ratés de l'histoire de la protection de la faune sauvage du pays, laissant pantois les défenseurs de l'environnement.

Selon plusieurs témoignages corroborés par des documents consultés par l'AFP, de nombreuses mises en garde ont été émises, ignorées, voire étouffées, sur la salinité bien trop importante du point d'eau prévu pour les 11 animaux, finalement morts en juillet de déshydratation.

L'heure est désormais aux accusations mutuelles.

Un membre du Service kényan de la Faune (KWS) perce un trou dans la corne d'un rhinocéros noir pour l'équiper d'un transmetteur radio, avant un transfert du parc national de Nairobi vers celui de Tsavo-Est, dans le sud-est du Kenya, le 26 juin 2018. ( AFP / TONY KARUMBA )

Fin juin, c'est en grande pompe que le ministre kényan du Tourisme et de la Faune sauvage Najib Balala et le Fonds mondial pour la nature (WWF) saluent l'aboutissement d'un projet de six ans: les rhinocéros noirs sont emmenés depuis les parcs de Nairobi et Nakuru (centre) vers un nouveau sanctuaire - un immense enclos de 100 km2 - dans le parc de Tsavo Est (sud-est).

Mais après ingestion de l'eau pompée plusieurs mètres sous terre pour eux, les rhinocéros meurent les uns après les autres. Ce projet du Service kényan de la Faune (KWS), financé à hauteur d'un million de dollars par le WWF, se transforme en cauchemar.

Selon le docteur Benson Kibore, directeur de l'Association kényane des vétérinaires, et qui a participé à l'autopsie des rhinocéros, cette eau était tellement salée qu'elle avait corrodé une grille en métal proche de la pompe.

- "Interférences" -

L'eau salée a vraisemblablement donné encore plus soif aux rhinocéros, qui en ont donc consommé plus. La lente déshydratation de leur corps s'est notamment traduite par un dessèchement de leurs tissus et un épaississement de leur sang.

Pourtant, une quinzaine de tests aquifères ont été menés entre février et mai. Leurs résultats, consultés par l'AFP en août, indiquent une salinité dangereuse. Selon le Dr Kibore, ces données n'ont même pas été communiquées aux vétérinaires lorsque les premiers rhinocéros sont tombés malades, leur faisant perdre un temps précieux pour trouver l'origine de la maladie.

Lorsque le transfert a été confirmé, "j'étais horrifié, j'étais sûr qu'il y aurait un problème", assure de son côté Nehemiah Rotich, un ancien responsable du KWS.

Le transfert, imaginé par l'organe exécutif du KWS, avait été refusé à plusieurs reprises par le conseil d'administration du KWS en raison de l'eau et du manque de végétation dans le sanctuaire.

( AFP/Archives / TONY KARUMBA )

Brian Heath, un ancien membre du conseil, a dénoncé des pressions du WWF pour que le transfert ait lieu. Devant le Parlement, l'ancien président du conseil d'administration du KWS et célèbre paléoanthropologue Richard Leakey a également fustigé des "interférences" du WWF.

Le conseil dont faisaient partie MM. Leakey et Heath a finalement approuvé le transfert en octobre 2017 à la condition que le sanctuaire soit amélioré. Leur mandat a pris fin en avril, et trois mois plus tard, le déplacement des rhinocéros a eu lieu, sans qu'un nouveau conseil (pas encore nommé) ne se soit penché sur la question.

- Bras-de-fer -

Les actuels responsables du KWS, dont l'exécutif, ont refusé de répondre à l'AFP, notamment à la question de savoir qui a finalement approuvé le transfert.

D'autres éléments suggèrent par ailleurs un bras-de-fer sur la question, comme le compte-rendu d'une réunion de mai 2017 portant sur le projet, et à laquelle ont participé des responsables du KWS et Martin Mulama, expert en rhinocéros pour le WWF.

Caractéristiques du rhinocéros noir du sud de l'Afrique ( AFP / Kun TIAN )

Un premier compte-rendu, vu par l'AFP, ne faisait aucune référence à d'éventuelles préoccupations. Plusieurs participants s'en sont plaints et une deuxième version du compte-rendu indique que "l'habitat dominant ne permet pas qu'un transfert ait lieu".

Le WWF nie toute ingérence et M. Mulama estime que la responsabilité du fiasco incombe entièrement au KWS. "A aucun moment nous n'aurions fait quelque chose qui soit défavorable à l'espèce que nous essayions de protéger", soutient-il auprès de l'AFP.

Il affirme qu'en dehors des variations météorologiques, le WWF n'était au courant d'aucun problème lié au sanctuaire et avait reçu "des garanties régulières de la part de KWS que le site convenait et était sûr".

D'anciens membres du conseil d'administration de KWS accusent M. Balala d'avoir autorisé le transfert en leur absence.

- "Une époque sombre" -

Le ministre refuse lui de porter le blâme et fustige à son tour le conseil d'administration, soutenant que si ses membres étaient opposés au projet, ils auraient dû voter son annulation tant qu'ils le pouvaient.

Un membre du Service kényan de la Faune (KWS) s'apprête à tirer avec un fusil chargé d'un produit tranquilisant sur un rhinocéros noir, avant sa capture et son transfert depuis le parc national de Nairobi jusqu'à celui de Tsavo-Est, dans le sud-est du pays, le 26 juin 2018. ( AFP/Archives / TONY KARUMBA )

M. Balala assure également que sa présence à la cérémonie de lancement du projet ne peut être interprétée comme le signe d'une implication approfondie: "Est-ce que je savais pour l'eau? Est-ce que je savais que le conseil avait des objections? Je n'étais même pas au courant".

"S'ils veulent que je démissionne, qu'ils prouvent le rôle que j'ai joué", a-t-il dit dans un entretien à l'AFP.

Mais pour Paula Kahumbu, directrice de l'ONG Wildlife Direct, le problème actuel va au-delà de la mort des rhinocéros.

"Il y a eu des ratés à de multiples niveaux, et le fait que plusieurs autorités refusent d'endosser une quelconque responsabilité est très préoccupant", estime-t-elle.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • m1234592
    30 août16:17

    Lamentable et tellement africain : ils n'ont même pas pensé à teste la qualité de l'eau pompée à plusieurs dizaine de mètres sous terre.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.