Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La majorité étrille les ex-ministres devenus "frondeurs"

Reuters22/10/2014 à 12:30

LA MAJORITÉ ÉTRILLE LES EX-MINISTRES DEVENUS "FRONDEURS"

PARIS (Reuters) - L'abstention d'anciens ministres lors du vote sur les recettes du budget 2015 a suscité mercredi l'indignation du Parti socialiste et du gouvernement, qui ont jugé leur attitude "déplorable" et appelé à jouer collectif.

Trente-neuf "frondeurs" du PS ont une nouvelle fois défié mardi le gouvernement en s'abstenant lors du vote des recettes du projet de budget pour 2015, adopté par 266 voix contre 245.

Parmi eux, quatre anciens ministres : Aurélie Filippetti (Culture), Benoît Hamon (Education), Delphine Batho (Ecologie) et Cécile Duflot (Logement).

"Je pense que ceci pose un problème éthique", a estimé le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, concentrant ses critiques sur les deux premiers, qui ont quitté le gouvernement fin août dans le sillage d'Arnaud Montebourg.

"On ne peut pas à la fois quand on est au gouvernement accepter l'arbitrage, le trouver juste et quand on en est sorti (...) en faire une question de distinction absolue avec le gouvernement qu'on a soutenu jusqu'au bout", a dit le Premier secrétaire du PS sur RTL. "Ce n'est pas loyal par rapport à son camp."

"Ce n'est pas bon ni pour eux, ni pour le Parti socialiste ni même pour ceux qu'on appelle les frondeurs", a-t-il ajouté. "C'est une attitude qui est pour moi déplorable".

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, n'a pas eu de mots assez durs envers ses anciens collègues.

"Il y a des devoirs quand on est dans la majorité, la question budgétaire est essentielle, il y a un manquement au devoir", a-t-il dit sur BFM TV-RMC.

"C'est quoi cet espèce d'individualisme qui fait que chacun a un mot à dire sur tout (...) c'est un minimum d'avoir un peu de ténacité, de cohérence de sens du collectif".

CHOIX COHÉRENT

Invités respectivement sur i

"Je n'ai aucune leçon à recevoir de qui que ce soit, je suis députée depuis 2007, j'ai été élue en Moselle à deux reprises dans une circonscription difficile, je dois des comptes à mes électeurs", a déclaré l'ex-ministre de la Culture.

"J'ai quitté le gouvernement à la fin du mois d'août sur un désaccord de fond avec la politique qui était menée et cette politique se poursuit", a-t-elle souligné. "Il n y avait aucune raison que je ne montre pas la même attitude (...) c'est un désaccord de fond et je me suis abstenue donc sur ce budget".

Benoît Hamon a dit, lui, avoir sa "cohérence" et essayer "d'être utile à [sa] famille politique" tout en se montrant une nouvelle fois très critique de la politique menée par François Hollande et Manuel Valls.

"Cette politique non seulement n'a pas de résultats sur le plan économique mais de surcroît, parce qu'elle réduit les capacités d'intervention de la puissance publique à mettre en oeuvre la justice sociale et l'égalité, menace la République ", a-t-il dit en brandissant le spectre d'une victoire de la dirigeante du Front national, Marine Le Pen, à la présidentielle de 2017.

Des déclarations qui ont mis hors de lui le porte-parole du gouvernement.

"Je ne peux pas l'accepter et je ne comprends pas", a dit Stéphane Le Foll. Contrairement à la maire de Lille Martine Aubry, qui est passée à l'offensive ce week-end en réclamant une nouvelle orientation de la politique économique du gouvernement, "là ce n'est pas du débat c'est une affirmation".

"Ce qui serait cohérent, c'est qu'il (Benoît Hamon) quitte au moins le PS à ce moment-là si c'est ça, qu'il soit cohérent", a-t-il estimé en jugeant une "limite" franchie.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.