Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La lutte pour le contrôle de Damas se poursuit

Reuters02/12/2012 à 20:29

par Erika Solomon

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne a continué à pilonner dimanche les faubourgs de Damas tenus par les rebelles pour les empêcher de se rapprocher de la capitale, rapporte l'opposition, faisant au mois dix morts et des dizaines de blessés.

Après une semaine d'avancée des rebelles vers le centre-ville de Damas - ils se sont notamment emparés de deux bases militaires près de la capitale -, l'armée a envoyé des renforts.

Les tirs de l'armée syrienne dimanche ont fait au moins dix morts dans la localité de Deir al Asafir, située à 12 km à l'est de Damas. Dans une vidéo diffusée par l'opposition, on aperçoit cinq corps, dont celui d'un jeune garçon. Les autres corps sont enveloppés dans des draps blancs maculés de sang.

Une autre vidéo montre de la fumée qui s'élève à l'horizon et des bâtiments en proie aux flammes.

Les informations diffusées par l'opposition sont difficiles à vérifier en raison des restrictions à la liberté de la presse mises en place par le gouvernement syrien.

La télévision publique a pour sa part annoncé dimanche que l'armée était "en train d'éliminer les terroristes d'Al Qaïda" dans plusieurs banlieues autour de Damas et notamment dans la place forte des rebelles à Daraya, située dans la banlieue sud de Damas.

Pour l'instant, la contre-offensive contre les rebelles lancée par le gouvernement pour isoler le centre de Damas des banlieues semble freiner l'avancée de ces derniers. Mais les affrontements se poursuivent autour de la capitale, malgré le pilonnage des forces syriennes.

Pour la quatrième journée, les combats ont fait rage autour de l'aéroport international de Damas qui est en pratique fermé depuis jeudi.

"L'Armée syrienne libre est en train d'attaquer les renforts qui tentent d'entrer dans l'aéroport pour aider les forces du régime. Il y a des affrontements tout le long de la route de l'aéroport", commente Abou Nidal, un porte-parole des rebelles joint par Skype.

La compagnie aérienne EgyptAir a néanmoins annoncé dimanche la reprise de ses vols vers Damas et Alep à partir de lundi après trois jours de suspension.

L'IRAK PROTESTE

Les rebelles expliquent qu'ils veulent contrôler l'aéroport parce que, affirment-ils, l'armée l'utilise pour se faire livrer des armes. Selon des informations fournies par les services de renseignement occidentaux, l'Iran, principal soutien de Bachar al Assad, utilise des avions civils pour livrer de l'équipement et du personnel militaire à la Syrie via l'Irak.

Selon un article du New York Times, les livraisons d'armes à la Syrie se poursuivent en raison des contrôles insuffisants de l'Irak. Selon cet article, deux inspections seulement ont eu lieu depuis que l'Irak a accédé à une demande en ce sens des Etats-Unis en septembre. En outre, l'Iran pourrait avoir été avertie avant les inspections.

Selon le Premier ministre irakien Nouri al Maliki, les Etats-Unis n'ont pas présenté de demande en ce sens.

"Il n'est pas possible d'inspecter tous les avions à destination de la Syrie et il n'y a pas eu de demande des Etats-Unis d'inspection de tous les appareils parce qu'ils savent que ce n'est pas possible", a déclaré Nouri al Maliki dimanche lors d'une conférence de presse.

"Nous avons dit aux Syriens, aux Iraniens, aux Etats-Unis et aux Nations unies et au monde qu'en tant que gouvernement irakien, nous nous sommes engagés à empêcher l'armement (...) Nous empêchons le passage des armes parce que notre constitution prévoit que l'Irak n'est pas une voie de passage pour des actions de ce genre."

Dans le centre de la Syrie, à Homs, un attentat à la voiture piégée a fait au moins 15 morts et 24 blessés dimanche, a annoncé l'agence officielle de presse Sana. L'explosion a endommagé plusieurs immeubles d'habitations.

Les attentats à la voiture piégée en Syrie sont en forte augmentation. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), quatre attentats de ce genre se sont produits samedi.

Ce jour-là, plus de 200 personnes ont été tuées dont 43 dans la région de Damas, selon cette ONG proche de l'opposition basée à Londres.

Au total, le soulèvement contre le président Bachar al Assad qui a commencé en mars 2011, devenu de plus en plus violent au fil des mois, a fait plus de 40.000 morts, selon l'OSDH.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.