Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La lutte anti-corruption pas suffisante en France, dit une ONG

Reuters08/12/2011 à 15:58

PARIS (Reuters) - La lutte contre la corruption n'est pas une priorité politique en France, déplore Transparence International France en invitant les candidats à l'élection présidentielle de 2012 à s'engager sur ce front.

Si la France répond globalement aux normes internationales dans ce domaine, elle n'en présente pas moins des signes de fragilité, conclut un rapport présenté jeudi par l'antenne française de l'organisation anti-corruption Transparency International.

Le faible investissement de la classe politique dans la lutte contre la corruption est stigmatisé dans la partie française d'une étude commandée par la Commission européenne et conduite simultanément par 25 autres sections de Transparency International en Europe.

Les chercheurs concluent par ailleurs au relatif désintérêt pour les affaires de corruption d'une opinion française qu'il conviendrait de sensibiliser davantage à ces enjeux.

Sur les 13 "piliers" ou institutions évalués dans l'étude, dévoilée lors d'une conférence de presse à Paris à la veille de la journée mondiale des Nations unies contre la corruption, la palme de la transparence et de l'intégrité revient aux juridictions financières.

Les organes de contrôle des élections, le secteur public et la société civile s'en sortent également plutôt bien mais il n'en va pas de même pour la justice, dont le rapport souligne le manque de moyens et les pressions qu'elle subit de la part du pouvoir.

Les plus mauvais élèves sont les partis politiques et le Parlement, en particulier le Sénat, de même que les forces de l'ordre et l'exécutif.

Des lois existent pour lutter contre la corruption mais elles ne sont pas suffisamment appliquées, relève le rapport.

"Nous avons des lois, des institutions mais ce qui pèche, c'est la mise en oeuvre, la pratique", a expliqué Daniel Lebègue, président de Transparency International France.

"La répression de la corruption n'est clairement pas une priorité des politiques publiques en France", a-t-il ajouté.

LE SÉNAT POINTÉ DU DOIGT

La publication du rapport intervient dans un contexte chargé avec notamment une affaire de corruption présumée dans la police à Lyon et une enquête sur le comité d'entreprise de la RATP pour des faits présumés d'abus de confiance.

C'est pourtant le Sénat qui est le plus sévèrement épinglé par Transparence International France, qui note de la Cour des comptes vérifie les comptes de l'Assemblée nationale mais pas ceux de la haute assemblée.

"Les comptes du Sénat ne sont vérifiés par personne", relève Daniel Lebègue. "Contrôler la gestion et les comptes d'une assemblée élue, c'est pourtant le b.a.-ba dans une démocratie."

Transparence International France, qui dénonce également un usage abusif du secret-défense pour protéger des intérêts particuliers, formule un certain nombre de recommandations, en commençant par demander aux partis politiques d'ériger la lutte contre la corruption en véritable priorité.

Le rapport recommande en outre de mieux sensibiliser les Français aux enjeux de la lutte contre la corruption et de réclamer des déclarations d'intérêts précises à tous les niveaux de la décision publique.

La section française de Transparency International a par ailleurs pris l'initiative de demander aux candidats à la présidentielle de 2012 de prendre des engagements précis en matière de lutte contre la corruption.

Six d'entre eux l'ont déjà fait, à commencer par Eva Joly. Ni François Hollande, ni Marine Le Pen n'ont pour l'instant répondu. Quant à Nicolas Sarkozy, qui l'avait fait lors de la présidentielle de 2007, il n'a toujours pas déclaré officiellement sa candidature.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.