Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La loi Macron entame son parcours parlementaire

Reuters12/01/2015 à 19:03

LA LOI MACRON ENTAME SON PARCOURS PARLEMENTAIRE

PARIS (Reuters) - Une commission spéciale de l'Assemblée nationale a entamé lundi l'examen du projet de loi sur la croissance et l'activité, un texte par lequel le gouvernement entend démontrer sa volonté de réformer l'économie mais qui divise profondément sa majorité.

Pas moins de 1.758 amendements ont été déposés sur les 106 articles du projet qui traite de nombreux sujets, allant du transport par autocar à l'ouverture controversée des professions juridiques réglementées en passant par l'épargne salariale, le permis de conduire et la justice prud'homale.

Le plus symbolique, très critiqué à gauche et chez les syndicats, prévoit l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche. L'ouverture du capital des aéroports de Lyon et Nice est une autre source de divisions dans la majorité.

Emmanuel Macron a réaffirmé lundi que l'ambition de son texte était de donner plus de vitalité à l'économie française.

"L'esprit de cette loi, c'est d'ouvrir, ce n'est pas de donner de l'argent, c'est de déverrouiller de manière très concrète dans tous les secteurs", a-t-il dit devant les chefs des missions économiques françaises à l'étranger réunis à Bercy.

Selon le ministre, il s'agit de mettre fin à "des petits effets de rente qui se sont constitués un peu partout, qui ont parfois thrombosé, parfois dévitalisé, en tous cas paralysé certaines capacités d'initiative dans beaucoup d'endroits."

Bien que le gouvernement s'en défende, le projet de loi apparaît comme une réponse aux recommandations préconisées de longue date à la France par la Commission européenne et les autres organisations internationales.

L'exécutif européen a fait savoir qu'il serait très attentif à ces réformes jugées nécessaires pour doper le potentiel de croissance de l'économie française quand il rendra début mars son verdict sur la France, menacée de sanctions inédites pour non respect des règles budgétaires communes.

CERTAINS ÉLUS DE L'OPPOSITION POSITIFS

Le calendrier politique ne devrait pas lui simplifier la tâche, avec les élections départementales prévues en mars et le congrès du Parti socialiste programmé en juin.

Une nouvelle déroute électorale pourrait de fait renforcer le poids des frondeurs du PS, en guerre ouverte contre la politique de soutien à l'offre défendue par le gouvernement, en vue du rendez-vous de juin.

Le salut pourrait venir de l'opposition, dont certains élus, comme Frédéric Lefebvre, ont annoncé leur intention de voter la loi.

Le groupe UMP a néanmoins exprimé son opposition globale à un texte jugé "fourre-tout" à la portée économique limitée. Les centristes de l'UDI pourraient eux voter certaines dispositions au coup par coup.

Les frondeurs du Parti socialiste, très critiques sur un sujet comme l'extension du travail dominical, ont été rejoints par Martine Aubry, qui s'est engagée à "combattre cette régression" que constitue à ses yeux la possibilité donnée aux maires d'autoriser l'ouverture des commerces jusqu'à douze dimanches par an.

Pour les mêmes raisons, l'ancienne ministre et dirigeante d'Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot a indiqué que faire échec à celle loi présentée comme une "menace pour la cohésion sociale" était un "devoir".

Le gouvernement a exclu de revenir sur les douze dimanches ouvrables par an mais s'est dit prêt à transiger sur le minimum obligatoire de cinq ouvertures prévu aussi par le projet. Et il a mis en place une commission d'experts indépendants chargés d'évaluer l'impact des principaux éléments du texte ainsi que des amendements d'origine parlementaire.

Après avoir déjà manifesté en décembre, les professions juridiques (notaires, huissiers, commissaires-priseurs...) concernées par le texte ont prévu de leur côté une journée d'action le 22 janvier, jour où l'Assemblée nationale devait commencer à l'examiner en séance plénière. Elle ne le fera finalement qu'à partir du 26 janvier.

Voir aussi

L'encadré sur les principales dispositions du projet de loi Macron [ID:nL6N0TU2JF]

La loi Macron, un moment de vérité du quinquennat Hollande [ID:nL6N0TI2TM]

(Yann Le Guernigou et Emile Picy, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.