Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La levée des barrières douanières, clé de la sécurité alimentaire en Afrique ?

Commodesk02/11/2012 à 18:06

(Commodesk) L'Afrique a les moyens de produire suffisamment de denrées pour nourrir sa population et éviter de nouvelles crises alimentaires, si les pays du continent levaient leurs barrières aux frontières, affirme un nouveau rapport de la Banque mondiale. L'Afrique pourrait également générer 20 milliards de dollars de recettes supplémentaires chaque année.

Alors que 19 millions de personnes sont menacées de famine ou de malnutrition dans la région du Sahel, la Banque mondiale invite les dirigeants africains à faciliter la circulation des produits alimentaires entre les zones fertiles et celles qui subissent des pénuries. Le caractère imprévisible des politiques commerciales (interdictions d'exportation ou d'importation, quotas, droits de douanes variables...), qui changent fréquemment sans que les opérateurs en soient toujours avertis, crée des conditions de marché incertaines et contribue à la volatilité des prix. Par ailleurs, les réseaux de distribution seraient défavorables aux agriculteurs et consommateurs les plus défavorisés. Les acheteurs pauvres seraient ainsi généralement contraints de payer plus cher pour s'alimenter.

La Banque mondiale cite l'exemple du Mozambique, où aucune barrière douanière n'existe sur les importations et exportations de maïs. Les négociants du nord du pays peuvent ainsi vendre leurs céréales au Malawi et en Zambie, tandis que le sud s'approvisionne en Afrique du Sud. Ces échanges commerciaux auraient permis une stabilisation des prix dans la capitale, Maputo, par rapport aux autres capitales de la région.

Selon le rapport, 5% seulement des importations de céréales des pays africains proviennent du continent, alors qu'environ 400 millions d'hectares de terres fertiles sont laissées à l'abandon.

Les pays africains ont importé l'année dernière 43 millions de tonnes de blé, 12 millions de tonnes de riz et 108 millions de tonnes de céréales secondaires, d'après les données du département américain de l'Agriculture. Selon la Banque mondiale, la demande de produits alimentaires sur le continent devrait doubler d'ici 2020 en raison de l'urbanisation.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.