1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Juve s'endort à Florence
So Foot14/09/2019 à 17:07

La Juve s'endort à Florence

Zéro but, zéro folie : ce Fiorentina-Juve s'est transformé en duel monotone, où les quelques sursauts offensifs des Violets se sont heurtés à l'imperméable bloc piémontais. Seul éclair dans la nuit : Franck Ribery, qui, pour sa première titularisation avec le club toscan, a saupoudré quelques pincées de plaisir sur une rencontre souvent trop fade.

Fiorentina 0-0 Juventus


Difficile de piquer un roupillon sur un terrain de football. Ce samedi, pourtant, les joueurs de la Juve ont sprinté, défendu, taclé dans tous les sens, mais on s'est souvent demandé s'ils n'étaient pas dans un état avancé de somnolence offensive. En face, la Fiorentina a essayé, s'est cassée les chicots sur un monstre qui, même assoupi, reste presque invulnérable, et personne n'a vraiment pris son pied : zéro-zéro et match nul, dans tous les sens du terme.

Sous le soleil, l'ennui


Du soleil, un ciel bleu azur et des T-shirts manches courtes : la Toscane en septembre, c'est encore les vacances. Du coup, avec les plus de 30 degrés qu'affiche le thermomètre, les 22 acteurs tombent dans une forme de léthargie estivale qui engendre un début de match pas franchement funky. La seconde moitié du premier acte offre heureusement une autre intensité physique, même si les tifosi de l'Artemio Franchi n'ont rien d'autre à siroter qu'une bouillabaisse technique plutôt amère, alors que le match accouche d'un bourbier de fautes tactiques au milieu de terrain. Forcément, les attaquants piémontais comme florentins se retrouvent trop régulièrement le cul par terre pour inventer quelque chose de valable balle au pied, et c'est finalement des pinceaux de Szczesny que viendra le plus gros frisson de la première période. Trop facile dans la relance, le Polonais s'essaie à une passe coure kamikaze qui heurte Chiesa à 5 mètres de sa cage, une cagade contrée qui finit miraculeusement juste au dessus du but du portier piémontais.

Après

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer