1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La justice soupçonne des sénateurs de détournements de fonds publics
Le Parisien20/05/2014 à 11:35

La justice soupçonne des sénateurs de détournements de fonds publics

Parmi les rangs des sénateurs, l'information n'avait pas jusqu'ici fuité, mais elle risque de se répandre rapidement avec l'audition probable de plusieurs d'entre eux. Selon nos informations, le parquet de Paris vient d'ouvrir une information judiciaire pour des faits de « détournements de fonds publics », « abus de confiance » et « blanchiment ». Une instruction confiée au juge René Cros et qui fait suite à une enquête préliminaire de plusieurs mois menée par les policiers de la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

Au coeur de cette affaire apparaissent deux associations de loi 1901, l'Union républicaine du Sénat (URS) et le Cercle de réflexion et d'études sur les problèmes internationaux (Crespi). Selon les premières investigations, l'URS, dont le siège est situé à Saint-Valérien (Yonne), a perçu des fonds de la part du groupe UMP du Sénat, versés par la questure de la chambre haute, avant de les rétrocéder à ses membres... Les détournements de fonds pourraient s'élever à près de 400 000 ?, en l'espace de deux ans.

Désigné comme le donneur d'ordre de plusieurs versements suspects, Jean-Claude Carle, sénateur UMP de Haute-Savoie et trésorier du groupe, a été auditionné librement par les enquêteurs au mois de septembre 2013 .

Les policiers de la BRDA ont été chargés d'enquêter sur cette affaire après un signalement de la cellule de lutte antiblanchiment Tracfin.

Rembourser des frais de relations publiques

« Ce service avait adressé, au mois de juin 2012, un rapport au procureur de la République de Paris, après avoir repéré des flux financiers suspects entre les comptes de l'URS et ceux du Crespi, révèle un proche de l'affaire. Entre les mois de décembre 2009 et mars 2012, l'URS a édité plusieurs chèques à destination d'une trentaine des 130 représentants UMP au Sénat pour un montant avoisinant les 210 000 ?. Sur la même période, un virement de 70 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

22 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • SuRaCtA
    21 mai00:08

    Le sénat ne sert à rien ou presque, au mieux il retouche à la marge les lois...Le grand Charles en son temps voulait déjà le supprimer... Donc chaque euro dépense pour le Sénat est déjà en soit un détournement de fond publique, qui serait bien mieux utilisé ailleurs...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer