Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La justice allemande complique la tâche de la BCE, dit Candriam
Reuters06/05/2020 à 12:20

LA JUSTICE ALLEMANDE COMPLIQUE LA TÂCHE DE LA BCE, DIT CANDRIAM

PARIS (Reuters) - La décision de la justice allemande jugeant en partie anticonstitutionnel un plan d'achats de titres de la Banque centrale européenne risque de compliquer singulièrement la tâche de l'institution de Francfort, dit-on chez Candriam.

La banque centrale allemande (Bundesbank), devra cesser d'ici trois mois d'acheter des emprunts d'Etats de la zone euro pour le compte de la BCE si cette dernière ne prouve pas que ces achats sont justifiés, a décidé mardi la Cour constitutionnelle allemande.

"La décision de la cour constitutionnelle allemande va grandement compliquer la tâche de la BCE", écrit Florence Pisani, directrice de la recherche économique chez Candriam, dans une note publiée mercredi.

Si la BCE échouait à convaincre concernant le PSPP, cela lui poserait également des problèmes concernant le Programme d'achats en urgence pandémique (PEPP) qu'elle vient de lancer face à la crise du coronavirus, fait-elle valoir.

"Mais même si la BCE réussit à convaincre (ce qui est probable, elle a une armée de bons juristes!), cela risque de limiter sa marge de manoeuvre", ajoute Florence Pisani.

Il pourrait devenir plus difficile pour l'institution présidée par Christine Lagarde d'augmenter la taille du PEPP et sa composition, en achetant par exemple davantage de titres publics italiens si besoin, argumente-t-elle.

"Elle risque désormais d'avoir du mal à justifier cette flexibilité... et même peut être aussi l'augmentation de sa taille", écrit-elle. "Cela affaiblit fortement la devise 'whatever it takes'."

La décision allemande, qui contredit une décision de la Cour de justice de l'Union européenne validant le PSPP, risque aussi de soulever une opposition entre le droit national et le droit européen allant au-delà de la simple politique monétaire, note Candriam.

D'autres pays pourraient en effet s'engouffrer dans la brèche et contester à leur tour les décisions de la Cour européenne, dit-elle en citant l'exemple de la Pologne et de la Hongrie.

"Si la Cour allemande peut dire que la Cour européenne de Justice a outrepassé ses droits, pourquoi leurs Cours ne pourraient-elles pas en faire autant ?", interroge-t-elle.

"Bref, c'est une mauvaise nouvelle pour l'Europe."

(Patrick Vignal, édité par Marc Angrand)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Berg690
    06 mai14:19

    Par contre M312 nous éclaire formidablement sur sa perception de l'événement.... Il faudrait lui expliquer que la lecture des commentaires n'est pas obligatoire.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer