Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La grève se durcit à Air France, le gouvernement inflexible

Reuters07/02/2012 à 21:10

LA GRÈVE SE DURCIT À AIR FRANCE

PARIS (Reuters) - La compagnie Air France prévoit d'assurer mercredi 60% de ses vols long-courriers et 70% de ses vols court et moyen-courriers, au troisième jour d'une grève contre une proposition de loi encadrant le droit de grève dans les transports aériens.

Air France dit avoir assuré plus de 70% de ses vols mardi, avec moins d'annulations de dernière minute que la veille, quand 20% des vols avaient dû être annulés.

"Le nombre d'annulations 'à chaud', c'est-à-dire à la dernière minute, est en sensible diminution et n'a concerné qu'une trentaine de vols, dont un vol long-courrier", écrit la compagnie aérienne dans un communiqué.

"La situation est calme en aéroports, une large majorité des passagers ayant pu bénéficier d'une solution de voyage alternative, sur un autre vol d'Air France ou d'une compagnie tierce", ajoute-t-elle.

Mais le SNPL, principal syndicat de pilotes, prévient dans un communiqué que "les risques de perturbations majeures vont s'intensifier dans les deux prochains jours", estimant que les prévisions de trafic communiquées par Air France sont "délibérément optimistes".

À l'aéroport de Nantes-Atlantique, 10 vols sur 115 ont été annulés mardi, et la direction prévoit déjà l'annulation de 4 vols sur les 123 vols programmés mercredi soit 3,25% du trafic.

Plus de 50% des pilotes étaient en grève mardi, avec des pointes à 70% chez Air France, d'après le SNPL, qui évoque un mouvement "bien suivi".

À la mi-journée, environ un tiers des pilotes étaient en grève chez Transavia, filiale "low cost" d'Air France, un tiers aussi chez Britair et un quart chez EasyJet, de même source.

"JUSQU'AU BOUT"

La grève, organisée par les syndicats français de pilotes de ligne et la majorité des organisations de stewards, hôtesses et personnels au sol, doit durer jusqu'à jeudi inclus.

La ministre des Transports Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé mardi matin sur LCI que le conflit social était "sérieux" mais a ajouté qu'elle le considérait comme "inadapté".

"C'est leur droit (de faire grève-NDLR) mais au dernier moment, ne pas venir alors que tous les passagers sont embarqués, moi je trouve que c'est un détournement", a-t-elle déclaré.

Le ministre chargé des Transports Thierry Mariani a soutenu lors des questions à l'Assemblée que le projet du gouvernement ne remettait pas en question le droit de grève. Il avait déjà prévenu lundi sur RTL que le gouvernement irait "jusqu'au bout" sur ce dossier.

Une proposition de loi allant dans ce sens a été adoptée fin janvier par les députés et sera examinée au Sénat à partir du 15 février.

Le texte prévoit notamment une déclaration préalable des grévistes 48 heures avant le conflit et une prévision de trafic pour les usagers, au plus tard 24 heures avant le début de la grève, comme à la SNCF ou à la RATP.

Le gouvernement avait décidé d'inscrire cette proposition à l'ordre du jour des travaux de l'Assemblée le 20 décembre dernier, au moment où une grève des agents de sûreté perturbait gravement l'activité des aéroports.

Thierry Leveque et Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.