Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La grève à la SNCF entre dans sa deuxième semaine

Reuters18/06/2014 à 21:27

LA GRÈVE À LA SNCF ENTRE DANS SA DEUXIÈME SEMAINE

PARIS (Reuters) - La grève à la SNCF est entrée mercredi dans sa deuxième semaine sans l'indice d'une sortie de crise, alors que les députés poursuivaient l'examen du projet de réforme ferroviaire contesté par la CGT et Sud-Rail.

Le taux de grévistes, dont certains se radicalisent, est tombé à 11,8%, une baisse de 2,2 points par rapport à mardi et de 16 points par rapport au premier jour de grève, le 10 juin, précise la direction de la SNCF. La grève sera reconduite jeudi, a-t-on appris de source syndicale.

Selon l'entreprise, le mouvement social lui a déjà coûté 141 millions d'euros à raison de 12 millions d'euros par jour de grève auxquels s'ajoute le montant des mesures comme les remboursements estimé pour l'heure à 45 millions d'euros.

Pour jeudi, la SNCF a annoncé une augmentation continue du trafic. Neuf TGV sur dix circuleront sur l'axe Est, trois sur quatre sur l'axe Nord, sept sur dix sur l'axe Atlantique, un sur deux sur l'axe Sud-Est et quatre sur dix sur les relations province-province.

Sur le réseau Intercités, plus d'un train sur deux est prévu en moyenne et deux sur trois sur le réseau TER, à l'exception de la Bretagne où le trafic est revenu à la normale. Près de deux trains sur trois circuleront en Ile-de-France.

Le Premier ministre Manuel Valls défend une réforme "indispensable" et condamne une grève inutile tout en réaffirmant que le gouvernement est ouvert au dialogue.

"Ce gouvernement fait semblant parfois de comprendre ce qu'on lui dit, mais en bout de course, quand on regarde le projet de loi tel qu'il est déposé à l'Assemblée nationale, quand on regarde les propositions qu'on a pu faire, on s'aperçoit que pratiquement aucune de nos propositions n'a été prise en compte", a dit mercredi Thierry Lepaon sur France Inter.

LA CGT APPELLE À DES NÉGOCIATIONS

"Tout a été fait de notre côté pour éviter ce conflit auquel nous avons dû recourir. Comment on en sort? On en sort par la négociation, c'est la seule solution", a ajouté le secrétaire général de la CGT, appelant à des négociations "véritables" avec la direction de la SNCF et l'Etat.

Les syndicats grévistes souhaitent un retour à la situation d'avant 1997, soit un seul établissement public, et la reprise de la dette ferroviaire de 44 milliards d'euros par l'Etat.

Le projet de loi prévoit la création d'un groupe public industriel intégré nommé "SNCF" qui chapeauterait "SNCF Réseau", le gestionnaire d'infrastructure - l'actuel Réseau ferré de France (RFF) - et "SNCF Mobilités", qui exploitera les trains.

Quant aux revendications "sociales" des syndicats du rail (augmentations salariales, emploi, etc...), la direction de la SNCF les juge "hors sujet".

Les grévistes comptent poursuivre la mobilisation au moins jusqu'à la fin de la semaine.

La FGAAC-CFDT, syndicat des conducteurs de trains, dénonce dans un communiqué des "actes graves" envers des agents de conduite non grévistes. Des grévistes ont bloqué des trains dans le Sud-Ouest, notamment à Perpignan et Béziers.

"La stigmatisation des non-grévistes (ultra majoritaires) dans l'entreprise n'a que trop duré, et certaines limites ont été dépassées", déclare le syndicat.

L'examen du projet de réforme, qui entrera en vigueur en 2015, doit prendre fin jeudi soir.

L'Assemblée se prononcera le 24 juin par un vote solennel et le Sénat devrait l'examiner à son tour en juillet.

La réforme est soutenue par les socialistes, les radicaux de gauche et les écologistes. Le Front de gauche, opposé au texte en l'état, défendra une soixantaine d'amendements. L'opposition de droite est pour sa part divisée.

Parmi les amendements attendus figurent ceux présentés par le groupe Front de gauche, fruits d'une négociation entre le gouvernement et les syndicats, comme celui qui prévoit la création d'un comité central d'entreprise commun à toutes les filiales du futur groupe SNCF ou bien encore celui qui assure aux futurs salariés de bénéficier du statut de cheminot.

(Sophie Louet avec Service France, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.