1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Grande-Bretagne en deuil après la mort de la députée Jo Cox

Reuters17/06/2016 à 12:23

LA GRANDE-BRETAGNE EN DEUIL APRÈS LE MEURTRE D'UNE DÉPUTÉE

BRISTALL, Angleterre (Reuters) - La Grande-Bretagne était en deuil vendredi après la mort de la députée travailliste Jo Cox, tuée par balle et de plusieurs coups de couteau jeudi dans le Nord de l'Angleterre, une tragédie qui a provoqué la suspension de la campagne électorale en vue du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE.

La parlementaire de 41 ans, mère de deux enfants, qui militait contre le Brexit, a été agressée en pleine rue alors qu'elle se préparait à tenir sa permanence électorale hebdomadaire à Birstall, près de Leeds, une localité de sa circonscription.

Son agresseur, qui se prénommerait Thomas Mair selon certains médias locaux, aurait crié pendant l'attaque "Britain first" (La Grande-Bretagne d'abord), d'après des témoins.

Interrogé par le Guardian, Scott Mair, frère du suspect, a reconnu que ce dernier souffrait de problèmes mentaux mais qu'il suivait un traitement.

La police a appréhendé un homme de 52 ans à proximité de la scène de crime et a récupéré des armes dont une arme à feu. Le décès de Jo Cox a été confirmé 48 minutes après l'arrivée des secours.

Le pays, en deuil, a commencé à lui rendre hommage vendredi. Le drapeau britannique a été mis en berne au-dessus des chambres du Parlement, devant Buckingham Palace et devant la résidence du Premier ministre à Londres.

Des centaines d'habitants de Birstall ont assisté à une veillée funèbre et des anonymes, en pleurs, ont déposé des fleurs devant le Parlement et sur la péniche où Jo Cox vivait avec son mari et ses deux enfants sur la Tamise.

Brendan Cox a déclaré que son épouse aurait "souhaité deux choses par-dessus tout: que ses enfants soient entourés d'amour et que tout le monde s'unisse contre la haine qui l'a tuée".

HOMMAGES POLITIQUES

Des hommes politiques britanniques, européens et du monde entier ont fait part de leur émotion. Le Premier ministre David Cameron a qualifié de tragédie le meurtre de Jo Cox, qui avait contribué à la campagne électorale de Barack Obama en 2008. Hillary Clinton s'est dit horrifiée.

Pour Angela Merkel, il s'agit d'une attaque "terrible". La chancelière allemande a ajouté qu'elle ne voulait pas faire de lien entre l'agression et le référendum pour le maintien dans l'UE.

Plusieurs médias britanniques rappellent que le slogan "Britain first" qui aurait été clamé par l'agresseur est également le nom d'un groupe nationaliste d'extrême-droite.

Jayda Fransen, numéro 2 de Britain First, a qualifié cette agression d'"absolument abjecte" et a souligné que l'expression "Britain first" était également un slogan employé par les partisans du Brexit dans leur campagne électorale.

Le préfet de police du West Yorkshire a déclaré travailler sur un "incident isolé, bien qu'il ait un impact beaucoup plus grand".

Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste, dont faisait partie Jo Cox, a déclaré à la télévision: "Nous avons perdu une femme incroyable, une députée exceptionnelle, mais notre démocratie doit continuer".

(Guy Faulconbridge; Laura Martin pour le service français)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • delapor4
    17 juin15:49

    "L'agresseur aurait crié Britain first" selon trois témoins. Le premier est un agent du MI5, le second de la CIA et le troisième du Mossad. Les autres témoins n'ont rien entendu. Je me trompe???

    Signaler un abus

  • ref1929
    17 juin15:09

    Toujours les memes ficelles... un chien solidaire pour manipuler et effrayer l'opinion et faire passer les vieilles lunes du complot contre la blanche colombe oligarchique et financière... le hasard fait encore bien les choses...

    Signaler un abus

  • napotjo
    17 juin15:05

    Les complotistes sont souvent des atta-rdés avec une vie tout ce qu'il y a de plus ennuyeux. le complotisme est une passion dévorante pour eux, passer des heures à répondre avec des arguments fallacieux et en chercher d'autres donnent un sens à leur vie toute entière. Le temps et la passion sont leur force il faut le reconnaître. Leur bêti-se profonde qui ne saurait tromper toute personne dotée d'un sens critique est leur faiblesse

    Signaler un abus

  • napotjo
    17 juin15:01

    Les électeurs anglais réfléchiront à 2 fois, surtout les indécis, votez avec le clan des meurtriers ou pas.

    Signaler un abus

  • napotjo
    17 juin15:00

    le complot. Les idiots utile toujours là... Cet assassinat montre le vrai visage des anti européens : violence et haine de l'autre. Refus de la différence et du débat. Le ''complot'' c''est une vision totalitaire des choses où quoi que l'autre amène dans le débat il a tort. Le complotisme nie la démocratie et tout esprit critique.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer