Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La géolocalisation des appels de détresse est loin d'être optimale
Le Point20/08/2019 à 10:02

Les services de secours européens ont-ils les moyens nécessaires pour assurer pleinement leur mission ? La question se pose après la mort de Simon Gautier, étudiant français porté disparu pendant dix jours après une chute en Italie. Le jeune doctorant s'était lancé dans une longue randonnée le long du golfe de Policastro et était parvenu à appeler les secours après une chute, expliquant être « tombé d'une falaise » et avoir les jambes « cassées ». N'ayant aucune idée de sa localisation exacte, il précisait alors « voir la mer ». Alors que le jeune homme restait introuvable, les services de secours italiens ont été vivement critiqués, accusés de ne pas être intervenus assez tôt. Seulement, comme le précise France Inter, la géolocalisation des appels de détresse est loin d'être optimale dans plusieurs pays européens et notamment en France.Actuellement, le dispositif permet de localiser la provenance d'un appel dans un périmètre de deux kilomètres, explique la radio. Un nombre important d'antennes relais permet de diminuer le rayon jusqu'à 500 mètres pour le centre des grandes villes. Interrogé par France Inter, Benoît Vivier, de l'association European Emergency Number Association, estime qu'« en 2019 c'est choquant d'apprendre qu'on puisse encore mourir faute d'une localisation pointue ». Le périmètre défini pour retrouver Simon Gautier était en effet conséquent, d'une vingtaine de kilomètres.La France rattrape son...

Lire la suite sur LePoint.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JMH69
    20 août11:31

    La prudence élémentaire lorsque l'on va dans des endroits, certes magnifiques, mais desserts et de plus très accidentés au niveau relief serai de partir à deux.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer