Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La gauche vise le "grand chelem" en Haute-Garonne

Reuters05/06/2012 à 01:20

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Comme en 2007, la gauche ambitionne de rafler à nouveau toutes les circonscriptions de la Haute-Garonne, département qui lui est traditionnellement acquis et où elle part favorite malgré le redécoupage électoral et certaines candidatures dissidentes.

En l'absence de grands ténors nationaux parmi les candidats, les législatives en Midi-Pyrénées devraient avoir pour principale inconnue la réussite ou non de ce "grand chelem".

Il y a cinq ans, malgré la poussée de l'UMP dans le sillage de la victoire de Nicolas Sarkozy, le Parti socialiste et ses alliés avaient obtenu huit circonscriptions sur huit en Haute-Garonne, qui en compte désormais 10 après redécoupage.

"Notre objectif, c'est d'emporter 10 circonscriptions sur 10 pour la majorité présidentielle. Je crois que c'est faisable", a déclaré à Reuters Christophe Borgel, secrétaire national du PS chargé des élections et candidat dans la 9e circonscription.

"On sait qu'il y a une circonscription, la troisième pour ne pas la nommer, qui a été taillée de telle sorte que l'UMP puisse espérer un député. On va tout faire pour que ce ne soit pas le cas", a-t-il dit, critiquant un redécoupage qui doit selon lui permettre à l'ancien maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc d'être élu à l'Assemblée nationale.

"Malgré ça, je crois que la mobilisation va être de notre côté et que dans l'ensemble des circonscriptions il y a une possibilité d'avoir un député de gauche. Je suis confiant dans le fait qu'à l'arrivée on ait les dix candidats de la majorité présidentielle élus dans les dix circonscriptions."

Dans un département qui a voté à 58,78% pour François Hollande au deuxième tour de la présidentielle, la droite veut croire à ses chances d'empêcher ce carton plein.

"La majorité ne suffit pas au PS, l'hégémonie ne leur suffit pas, ils veulent le monopole. Nous sommes là pour empêcher le grand chelem", promet Jean-Luc Moudenc, patron de l'UMP dans le département et candidat dans la troisième circonscription.

KADER ARIF MENACÉ

Évoquant une "stratégie de l'étouffoir" de la part des socialistes, il met en garde contre une "annexion de la République par un seul parti et ses alliés".

"Il y a un problème de pluralisme en Haute-Garonne. À quelques exceptions près, le PS contrôle tout ici: la mairie de Toulouse, le Conseil général, le Conseil régional, huit députés sur huit", fait valoir Jean-Luc Moudenc.

"Pour nous, ces élections ne sont pas faciles. Pour autant, le combat doit être mené et nous pouvons ici ou là décrocher des succès (...) C'est plus ouvert qu'on ne le dit."

La présence de dissidents socialistes pourrait en particulier semer le trouble dans deux circonscriptions.

Dans la troisième, Alain Fillola, maire de Balma et ténor socialiste local, a présenté sa candidature contre François Simon, candidat Europe Ecologie-Les Verts adoubé par le PS en vertu de l'accord national entre les deux partis.

Et dans la dixième, le nouveau ministre délégué aux Anciens Combattants Kader Arif, investi par le PS au nom de la diversité, fait face à deux conseillers généraux du parti à la rose qui briguaient l'investiture dans la circonscription.

Ces trois dissidents et deux suppléantes ont été exclus du PS la semaine dernière.

"Il y a toujours 10% de circonscriptions où il y a des dissidents", a minimisé mardi dernier la première secrétaire du PS Martine Aubry à l'occasion d'un déplacement à Toulouse.

"Il y a deux conseillers généraux ex-socialistes qui se présentent contre Kader Arif, il y a un seul candidat pour la majorité présidentielle avec François Hollande, c'est Kader Arif, et je dirai la même chose pour tous les candidats."

"Chacun doit penser un peu moins à son nombril et un peu plus aux Français", a-t-elle ajouté.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.