1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée encore une fois
Le Parisien31/12/2018 à 11:45

La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée encore une fois

C'est un signal très négatif pour Carlos Ghosn. Un tribunal de Tokyo a décidé ce lundi, jour férié au Japon, de prolonger de dix jours encore, jusqu'au 11 janvier, la garde à vue du PDG de Renault, soupçonné d'abus de confiance aggravé.Le juge a accepté la requête du procureur qui estime avoir besoin de plus de temps pour décider ou non d'inculper le Franco-Libano-Brésilien sur ces nouvelles charges. Détenu au Japon depuis le 19 novembre, l'ex-président de Nissan est déjà inculpé une première fois pour avoir dissimulé une partie de ses revenus aux autorités boursières, pour environ 5 milliards de yens (38 M€), entre 2010 et 2015.Cette fois, le bureau des procureurs lui reproche d'avoir fait couvrir par Nissan « des pertes sur des investissements personnels » au moment de la crise financière d'octobre 2008, pour un montant de 1,85 milliard de yens (14,5 M€). Pour combler son déficit, il aurait obtenu qu'un ami d'Arabie saoudite se porte garant et une filiale de Nissan aurait fait à cet homme des virements d'un montant équivalent.Ce type de délit est normalement prescrit au bout de 7 ans, mais la loi permet de suspendre le décompte lors des séjours à l'étranger. Or, l'ancien PDG de Nissan, qui reste PDG de l'Alliance Renault-Nissan, passait seulement un tiers de son temps au Japon.Par voie de presse, les avocats de Carlos Ghosn nient les faits allégués. Nouvel an oblige, ils devraient pouvoir exceptionnellement rencontrer leur client les 2 et 3 janvier. Mais selon la procédure nippone, ils ne peuvent pas assister à ses interrogatoires. Heureusement pour ce grand patron habitué aux jets privés et aux résidences de luxe, ses conditions de détention se sont améliorées : il dispose d'une cellule moins exiguë que la première, de 6 m2, dans laquelle il n'avait le droit que d'être assis, il peut recevoir des lettres et dispose de papier pour écrire. Enfin, selon le correspondant au Japon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer