Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La France veut profiter de la présidence de l'UE pour renforcer "la souveraineté européenne"
information fournie par Boursorama avec Media Services19/11/2021 à 15:00

"Les tentatives de déstabilisation dans notre voisinage se font de plus en plus nombreuses et de plus en plus répétées", a souligné Jean-Yves Le Drian.

Nikos Dendias et Jean-Yves Le Drian à Athènes, en Grève, le 19 novembre 2021. ( Eurokinissi / GIANNIS PANAGOPOULOS )

Nikos Dendias et Jean-Yves Le Drian à Athènes, en Grève, le 19 novembre 2021. ( Eurokinissi / GIANNIS PANAGOPOULOS )

Préparer l'Europe au défit géostratégiques de demain. À partir du 1er janvier, la France va assurer la présidence semestrielle de l'Union européenne. Une période que Paris veut mettre à profit pour  renforcer la stratégie européenne et faire "en sorte que l'UE se donne les moyens de sa souveraineté", a indiqué vendredi 19 novembre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

"La France essaiera de faire aboutir le concept de la boussole stratégique et de préparer collectivement l'Union européenne au nouvel environnement géostratégique (...)", a assuré Jean-Yves Le Drian à Athènes, en Grèce, à l'issue d'un entretien avec son homologue grec Nikos Dendias. Il a souligné que "les tentatives de déstabilisation dans notre voisinage se font de plus en plus nombreuses et de plus en plus répétées".

"Boussole stratégique"

"L'enjeu de cette boussole stratégique c'est de faire en sorte que l'UE se donne les moyens de sa souveraineté et dans ce concept, la Grèce est un pays-clé pour la défense de nos intérêts et la mise en œuvre de la souveraineté européenne", a-t-il dit.

La France et la Grèce, tous les deux membres de l'UE et de l'Otan, ont renforcé ces derniers mois "leur partenariat stratégique". Fin septembre, les deux pays ont signé à Paris un accord stratégique prévoyant une clause d'assistance mutuelle par "tous les moyens appropriés" si les deux pays "constatent conjointement qu'une agression armée survient contre le territoire" de l'un des deux.

Dans le cadre de cet accord, la France vendra à la Grèce trois frégates alors qu'Athènes a déjà annoncé son intention d'acquérir six chasseurs français Rafale supplémentaires, en plus d'un précédent contrat de 2,5 milliards d'euros, signé en janvier, pour 12 Rafale d'occasion et six neufs.

Pour Athènes cet accord répond "aux besoins" de la Grèce et  renforce son programme d'armement pour contrer les provocations turques dans l'est de la Méditerranée, contre lesquelles la France est un des rares pays de l'UE à avoir protesté publiquement ces dernières années.

7 commentaires

  • 20 novembre14:58

    Malheureusement, la France n'est absolument plus crédible pour parler de souveraineté. Et il n'y a rien à attendre d'un président aussi faible et complaisant dans ses actes, notamment pour l'immigration hors contrôle. Quel exemple peut-il seulement donner aux autres pays européens ? Le « modèle » français dont personne de sensé ne veut? Un record de clandestins sans aucune volonté d'expulsion?