Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France veut mieux prévenir le suicide des enfants

Reuters29/09/2011 à 19:21

PARIS (Reuters) - La prévention du suicide des enfants, phénomène marginal mais en progression dans plusieurs pays, commence dès avant la naissance, souligne Boris Cyrulnik.

Le neuropsychiatre, théoricien de la "résilience" (la capacité d'un individu à surmonter un traumatisme pour ne pas sombrer dans la dépression), a remis jeudi à Jeannette Bougrab un rapport sur le sujet.

La secrétaire d'Etat à la Jeunesse lui avait confié cette mission en février dernier à la suite du suicide d'une fillette diabétique de neuf ans près de Lyon et d'un garçon de 11 ans - fils unique, bon élève - en Seine-Saint-Denis.

Selon l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm), 37 enfants et pré-adolescents de 5 à 14 ans se sont donné la mort en 2009 en France. Il s'agit des dernières données disponibles.

Mais Boris Cyrulnik considère que le phénomène est sous-estimé - "les chiffres ne parlent que des suicides évidents" - et que beaucoup d'accidents d'enfants n'en sont pas.

Il cite le cas d'enfants tellement malheureux qu'ils vont trop se pencher par la fenêtre, traverser la rue sans regarder ou descendre du bus en marche...

Pour le neuropsychiatre, c'est "une cascade de déchirures invisibles" qui mène au passage à l'acte, alors que les enfants commencent à comprendre la mort entre six et neuf ans.

Deuil précoce, conflit familial, maltraitance, agression sexuelle, isolement affectif, mal-être, harcèlement à l'école sont au nombre de ces "déchirures" fatales.

"PICHENETTE"

Boris Cyrulnik insiste sur la nécessité d'offrir à l'enfant une stabilité affective et sensorielle dès sa conception.

"L'isolement affectif d'un nouveau-né donne dans le cerveau une trace cérébrale qui l'empêche de maîtriser la pulsion. Ensuite l'isolement affectif de l'enfant ou de l'adolescent déclenche la pulsion pour simplement une pichenette", a-t-il expliqué sur France Info.

Cette "pichenette", ce peut être "une phrase blessante, une petite frustration, une mauvaise note à l'école ou le déménagement d'un copain".

Boris Cyrulnik recommande de lutter contre le stress maternel pendant la grossesse, "surtout dans les dernières semaines", et prône de longs congés parentaux - au moins dix mois - pour le père et la mère.

Il préconise en outre de développer les métiers de la petite enfance et invite à cesser de "surinvestir" l'école, "facteur d'angoisse et de suicide". Revoir les rythmes scolaires français serait à cet égard un progrès majeur, juge-t-il.

"Les enfants d'Europe du Nord sont deux fois moins stimulés que les enfants d'Europe du Sud et ces enfants-là sont premiers dans les classements internationaux des évaluations scolaires", a-t-il expliqué sur France Info.

"En moins de dix ans, la Finlande et les pays d'Europe du Nord ont obtenu une diminution de 40% des suicides", a-t-il relevé.

Le rapport, qui "brise un tabou" selon Jeannette Bougrab, est publié aux éditions Odile Jacob sous le titre "Quand un enfant se donne 'la mort'".

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.