Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France tente de revenir dans le jeu sur le dossier syrien

Reuters27/10/2015 à 07:44

LA FRANCE TENTE DE REVENIR DANS LE JEU SUR LE DOSSIER SYRIEN

PARIS (Reuters) - Absente à Vienne vendredi dernier, la France tente ce mardi de revenir dans le jeu en Syrie en organisant à Paris une réunion avec les "principaux partenaires de la région" mais sans la Russie et l'Iran, alliés indéfectibles de Bachar al Assad.

Les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de l'Arabie saoudite, de la Jordanie ou encore de la Turquie, sont notamment attendus, a-t-on précisé au Quai d'Orsay.

La tenue de cette réunion avait été annoncée vendredi par Laurent Fabius au moment où se réunissaient à Vienne les chefs de la diplomatie russe, américain, saoudien et turc. Ni la France, ni l'Allemagne n'avaient été conviées à cette rencontre diplomatique.

Inédites dans leur format, les deux heures de discussions dans la capitale autrichienne n'ont toutefois pas permis d'aboutir à une position commune.

Les négociations achoppent toujours sur la question de l'avenir de Bachar al Assad dont le départ est notamment réclamé par les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Arabie saoudite et la Turquie.

La réunion de mardi à Paris devrait se concentrer sur la lutte contre l'Etat islamique, la protection des populations et la résolution que la France compte déposer cette semaine au Conseil de sécurité de l'Onu pour faire interdire le largage de barils d'explosifs sur les populations civiles.

La nécessité de trouver une solution politique à ce conflit qui a fait 250.000 morts depuis 2011 et des millions de réfugiés devrait également être rappelée.

"Il faut être clair sur le fait qu'une solution politique doit conduire à ce qu'il y ait une autre perspective que quelqu'un qui est un criminel contre l'humanité", a souligné vendredi Laurent Fabius, réaffirmant qu'une solution politique "ne p[ouvait] pas passer" par le fait que Bachar al Assad "soit l'avenir de la Syrie".

PAS DE STRATÉGIE RUSSE

Les premières frappes militaires en Syrie de la Russie le 30 septembre dernier contre des positions de l'Etat islamique et des groupes d'opposition a rebattu les cartes du jeu diplomatique et militaire.

L'activisme militaire russe s'est doublé la semaine dernière d'une offensive diplomatique qui s'est traduite notamment par la réunion de Vienne et la rencontre surprise Assad-Poutine à Moscou. A Paris, où on souligne que les frappes russes consolident avant tout Bachar al Assad, on émet des doutes sur la portée de la stratégie russe.

"On constate qu'il n'y pas de stratégie de sortie développée par les Russes", soulignait vendredi une source diplomatique française. "Nous, on a soulevé un certain nombre de questions", notamment sur la réintroduction de Bachar al Assad, "mais il n'y a pas eu de réponse claire de la Russie".

Deuxième point soulevé par la France et sur lequel la Russie n'aurait jusqu'à présent pas apporté de réponse, le rôle joué par l'Iran dans le conflit syrien.

"Il y a une inquiétude à voir se renforcer la présence iranienne", souligne-t-on à Paris, où l'on attend que "l'Iran veuille avoir une attitude plus constructive".

(Marine Pennetier, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.