Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France tente de remobiliser face à la menace djihadiste au Sahel
Reuters05/11/2019 à 14:30

LA FRANCE TENTE DE REMOBILISER FACE À LA MENACE DJIHADISTE AU SAHEL

par Paul Lorgerie et Tangi Salaün

BAMAKO/PARIS (Reuters) - La ministre des Armées, Florence Parly, a réaffirmé l'engagement de la France à aider ses partenaires africains à lutter contre la recrudescence des attaques djihadistes dans la zone sahélienne, mardi à Bamako, troisième étape d'une tournée qui l'a conduite au Tchad, au Burkina Faso et au Mali.

Avant de regagner Paris, Florence Parly devait prendre la parole devant des soldats de la force Barkhane et rendre hommage au brigadier-chef Ronan Pointeau, tué samedi dernier dans un attentat à l'engin explosif contre son blindé dans le nord-est du Mali, revendiqué par la branche locale du groupe Etat islamique (EI).

La défaite territoriale du groupe djihadiste en Syrie et en Irak et la mort de son chef, Abou Bakr al Baghdadi, tué par les forces spéciales américaines le mois dernier, fait craindre une flambée de violences dans d'autres régions et en particulier au Sahel, où les 4.500 soldats français déployés dans le cadre de Barkhane peinent déjà à sécuriser un territoire grand comme l'Europe.

"J'ai renouvelé la détermination de la France à poursuivre ce combat mené courageusement par l'armée malienne contre le terrorisme et (...) notre souhait de pouvoir renforcer notre appui si cela est possible", a déclaré Florence Parly à l'issue d'un entretien avec le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à Bamako.

"La situation sécuritaire est difficile, les récentes attaques en attestent, (mais) on ne doit pas baisser la garde à un moment aussi dramatique", a-t-elle ajouté.

Ce week-end, au moins 53 soldats maliens ont été tués dans des attaques revendiquées par l'EI au Mali, et les opérations des groupes djihadistes se multiplient au Burkina Faso voisin, sur fond de conflits communautaires.

"ACCOMPAGNEMENT" ET "PATIENCE"

Dans ce contexte, "il était important de faire le point sur les besoins de nos partenaires en matière de sécurité, notamment le Burkina Faso" où l'armée française intervient à partir de ses bases au Mali et au Niger, et qui héberge le quartier général des forces spéciales françaises Sabre, dit-on au ministère des Armées à Paris.

Florence Parly a martelé à chacune des étapes de sa tournée sahélienne l'importance de "l'accompagnement" par la France des armées africaines, notamment celles du G5 Sahel (regroupant outre les trois pays visités, le Niger et la Mauritanie) que Paris s'efforce tant bien que mal de rendre plus opérationnel.

"Barkhane ne s'enlise pas. Barkhane s'adapte en permanence. Barkhane se transforme pour (...) mieux accompagner les forces africaines dans leurs opérations", a assuré la ministre dimanche à N'Djamena, centre opérationnel de l'opération française, en vantant la "montée en puissance" du G5 Sahel illustrée selon elle par une récente opération au Niger.

"C'est un combat dans lequel il faut faire preuve de patience. Il faudra du temps pour construire la résilience des forces locales", a-t-elle toutefois concédé.

Pour améliorer l'efficacité de son dispositif et du soutien aux armées locales, la France espère convaincre davantage de ses partenaires de l'Union européenne de participer à la "task force" de forces spéciales qu'elle s'emploie à mettre en place en zone sahélienne, souligne-t-on au ministère des Armées.

La force Barkhane doit parallèlement recevoir d'ici la fin de l'année du matériel modernisé, dont, pour la première fois, des drones Reaper armés de missiles.

(Paul Lorgerie à BAMAKO et Tangi Salaün à PARIS)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer