1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La France se prépare à accueillir des milliers de réfugiés

Reuters04/09/2015 à 17:01

* Le système d'accueil n'est pas saturé, selon Paris * Les initiatives en faveur des réfugiés se développent * Juncker propose de répartir 160.000 réfugiés PARIS, 4 septembre (Reuters) - La France pourrait devoir accueillir environ 27.000 réfugiés si la proposition du président de la Commission européenne de revoir à la hausse le nombre de demandeurs d'asile à répartir dans l'Union sur la base de quotas nationaux est entérinée. Jean-Claude Juncker proposera le 9 septembre de porter de 40.000 à 160.000 le nombre de migrants arrivés en Italie, en Grèce et en Hongrie à diriger vers les autres pays de l'UE, a annoncé vendredi une porte-parole de l'exécutif bruxellois. En mai, Bruxelles avait prôné la prise en charge par l'ensemble des Etats membres de 40.000 de ces demandeurs d'asile sur la base de quotas contraignants baptisés "clés de répartition", mais le principe avait été rejeté en juin. La France était alors censée accueillir 6.750 candidats et un quadruplement selon les mêmes critères obligerait la France à prendre en charge 27.000 réfugiés arrivés en Italie et en Grèce en plus de ceux qu'elle accepte directement sur son sol. Paris et Berlin, qui ne voulaient pas aller au-delà d'un dispositif volontaire, se sont ralliés jeudi à l'idée d'un mécanisme européen de répartition contraignant après plusieurs drames, dont la découverte du cadavre d'un garçonnet syrien sur une plage turque. ID:nL5N1193Q1 Même si le système d'accueil des demandeurs d'asile n'est pas saturé à ce jour, "il faut identifier nos capacités d'accueil et commencer à se préparer", explique une source gouvernementale française. TAUX D'ADMISSION DE 15 A 30% Le dispositif d'accueil des demandeurs d'asile compte un peu plus de 25.000 places mais le gouvernement a annoncé au début de l'été la création de 9.500 places d'hébergement supplémentaires. A l'inverse de pays comme l'Allemagne, les demandes d'asile sont restées stables en France, avait indiqué au début de l'été le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Entre janvier et juillet 2015, près de 38.000 migrants ont demandé la protection de la France, suivant la même cadence que l'an dernier, selon Le Monde. Le taux d'admission global en France varie entre 15% et 30% depuis 1987, indique l'Office français de protection des réfugiés et Apatrides (OFPRA) sur son site. En 2014, le nombre d'accords sur un statut de protection pris par l'OFPRA et la Cour nationale du droit d'asile s'établissait à 14.589, en hausse de 27,7% par rapport à 2013. Mais le nombre de demandes a légèrement diminué, passant de 66.251 en 2013 à 64.536 en 2014. Bien après l'Allemagne, les initiatives en faveur des réfugiés commencent à se développer en France, où la quasi totalité des journaux n'avaient pas publié jeudi la photo de l'enfant syrien de trois ans retrouvé mort. Dans un appel intitulé "Nous sommes prêts à accueillir" à l'initiative de Christophe Borgel, député socialiste de Haute-Garonne, onze maires du département ont affirmé leur volonté de "réagir en êtres humains, en républicains". LES ELUS SOCIALISTES A L'INITIATIVE Le maire (PS) de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a annoncé dans un communiqué une "mobilisation" de sa ville, qui a connu les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. "Notre histoire récente, faite pour partie de guerre, de destructions, de déplacements de populations, nous impose tout particulièrement de tenir notre rang", indique David Samzun. Sur son blog, la députée PS Michèle Delaunay, ancienne ministre déléguée aux personnes âgées dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, a appelé tous ceux qui veulent aider les réfugiés à prendre contact avec elle pour s'organiser. Le député-maire socialiste de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), Christophe Castaner, qui est tête de liste PS pour les régionales en PACA, s'est déclaré prêt à accueillir "plusieurs familles de migrants sur sa commune". En revanche, le président de l'Association des maires de France, François Baroin (Les Républicains), a estimé que la France n'était pas en situation d'accueillir "durablement" des réfugiés et qu'il n'en abriterait pas dans sa ville de Troyes. Face à l'afflux de réfugiés en France, l'association Singa a lancé l'initiative CALM (Comme A La Maison), un site internet permettant à des familles d'héberger des demandeurs d'asile. Elle indique avoir reçu à ce jour 500 offres d'hébergement. Une page événement Facebook "Pas en notre nom" a été créée, appelant à un "Rassemblement citoyen en solidarité avec les migrants" samedi après-midi place de la République, à Paris. D'autres initiatives sont prévues en province. (Gérard Bon, avec service France, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    04 septembre17:28

    Ils vont les stocker à Calais.....

    Signaler un abus

  • svtmh1
    04 septembre17:27

    Un toit pour les migrants, la rue pour nos S.D.F.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.