Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France se dote d'une nouvelle arme pour négocier sur Alstom

Reuters15/05/2014 à 23:47

PARIS SE DOTE D'UNE NOUVELLE ARME POUR NÉGOCIER SUR ALSTOM

par Jean-Baptiste Vey et Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - L'Etat français s'est doté jeudi d'une nouvelle arme pour négocier dans le dossier Alstom, dont la branche énergie est convoitée par l'américain General Electric, avec un décret forçant tout acquéreur à obtenir son autorisation.

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a critiqué ce projet de reprise - jugé inacceptable par François Hollande - et a souhaité qu'un plan alternatif soit proposé par le groupe allemand Siemens.

Favorable à l'offre de General Electric, d'un montant de 12,35 milliards d'euros, Alstom s'est donné jusqu'à la fin du mois pour prendre sa décision.

"Avec ce décret, on est armé pour continuer les discussions et les négociations vis-à-vis des deux sociétés qui ont exprimé leur intérêt", a-t-on expliqué de source proche d'Arnaud Montebourg.

L'autorisation d'une telle prise de contrôle devra être délivrée par le ministre de l'Economie. Un refus empêcherait un rachat et pourrait être contesté devant le Conseil d'Etat.

Arnaud Montebourg, invité du journal télévisé de France 2, a assuré que le gouvernement n'hésiterait pas à bloquer une opération concernant Alstom s'il juge les offres et les garanties apportées insuffisantes.

"Bien entendu, puisqu'Alstom est une entreprise hautement stratégique", a-t-il dit. "C'est tout à fait possible si nous n'arrivons pas à un bon accord, soit avec General Electric, soit avec d'autres."

MISE EN GARDE DE BRUXELLES

A la suite de ce décret, General Electric a expliqué que son projet "est bon pour Alstom, pour ses employés et pour la France".

"Notre projet est de bâtir une entreprise leader mondial dans le secteur de l'énergie, avec quatre sièges basés en France, tout en préservant et en créant des emplois", a ajouté le groupe américain dans un communiqué, précisant poursuivre ses "discussions constructives" avec le gouvernement.

Arnaud Montebourg, sur France 2, a rappelé que l'Etat, dans ses discussions avec le groupe américain, avait proposé la formule d'une alliance plutôt que d'un rachat. "Notre philosophie, ce n'est pas de bloquer, c'est de construire des alliances. C'est ce que nous avons proposé à General Electric, qui ne nous a pas encore répondu", a-t-il dit.

La Commission européenne a pour sa part mis la France en garde contre toute application "disproportionnée" ou "protectionniste" de ce décret.

"L'objectif de protéger des intérêts essentiels ou stratégiques dans chaque Etat membre est légitime dès l'instant où il s'agit de la sécurité et de l'ordre public", a dit le commissaire au Marché intérieur Michel Barnier.

Le ministère de l'Economie juge le décret parfaitement compatible avec les règles européennes. Il souligne que de nombreux pays européens possèdent de tels instruments et que le président des Etats-Unis a le pouvoir de bloquer une transaction de ce type sans que sa décision puisse être contestée.

Les investisseurs internationaux savent parfaitement prendre en compte ces contraintes, à l'image des groupes français lorsqu'ils investissent à l'étranger, fait-on valoir à Bercy.

CINQ NOUVEAUX SECTEURS CONCERNÉS

Outre la défense, un secteur déjà couvert par un décret de 2005, le texte publié jeudi porte sur les secteurs de l'énergie, de l'eau, des transports, des télécoms et de la santé.

Par-delà Alstom, il pourrait concerner un quart des entreprises de l'indice CAC 40. L'action Alstom a clôturé en baisse de 2,63% à la Bourse de Paris.

La piste d'une entrée de l'Etat au capital d'Alstom était évoquée ces derniers jours de source proche des discussions, notamment pour accompagner une solution avec Siemens. A Bercy, on a indiqué qu'un tel projet n'était "pas à l'ordre du jour", ajoutant : "On est sur un chemin de discussions qui ne le prévoit pas à ce stade."

Des "réflexions" sont en cours pour faire entrer des investisseurs français dans les activités d'éoliennes en mer et d'hydroélectricité d'Alstom en cas de rachat de sa branche énergie, "mais il est trop tôt pour en parler", a-t-on aussi expliqué à Bercy.

"On a aujourd'hui deux offres sur la table qui sont en concurrence manifeste, ce qui d'une certaine manière peut être la chance d'Alstom", a-t-on déclaré. "C'est la position du gouvernement : tirer le meilleur parti pour notre base industrielle de façon durable des alliances qui peuvent naître."

(Avec Grégory Blachier à Paris et John O'Donnell à Bruxelles, édité par Dominique Rodriguez)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.