1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La France salue la première opération de la force du "G5 Sahel"

Reuters02/11/2017 à 11:57

LA FRANCE SALUE LA PREMIÈRE OPÉRATION DE LA FORCE DU "G5 SAHEL"

PARIS (Reuters) - Paris s'est félicité jeudi du lancement, en début de semaine, de la première opération conduite par la force antiterroriste "G5 Sahel constituée par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Cette opération, nommée Haw Bi, "vient concrétiser la montée en puissance de cette force, soutenue par Barkhane (l'opération française menée au Sahel, NDLR), qui montre la prise en main par les États sahéliens de la lutte contre le terrorisme", a déclaré la ministre des Armées, Florence Parly dans un communiqué.

"Cette montée en puissance doit se poursuivre, avec l'appui des partenaires du G5", a-t-elle poursuivi.

Cette première opération transfrontalière a été lancée lundi, avait annoncé Jean-Yves Le Drian.

La France voit dans cette force un moyen de rompre avec sa surexposition militaire dans la bande sahélo-saharienne, Paris n'ayant pas l'intention de devenir "la garde prétorienne de pays africains souverains", comme le soulignait récemment Florence Parly lors d'une visite à Washington.

La mission du G5 Sahel, dont le coût est évalué à 423 millions d'euros la première année, comptera à terme 5.000 hommes.

Elle n'est pas sous mandat de l'Onu en raison notamment des réticences américaines quant aux obligations financières qui auraient été la conséquence d'un tel cadre juridique.

Une conférence des donateurs est prévue en décembre. L'Union européenne s'était déjà engagée à débloquer 50 millions d'euros et la France, huit millions d'ici à la fin de l'année. Les Etats-Unis ont promis lundi de contribuer au financement de cette force à hauteur de 60 millions de dollars.

(Cyril Camu, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer