Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France restructure son armée sur fond de recherche d'économies

Reuters15/10/2014 à 15:31

* Le maire de Châlons-en-Champagne parle de "catastrophe" * Le Val-de-Grâce va fermer ses portes aux malades * Les forces opérationnelles préservées, selon Le Drian PARIS, 15 octobre (Reuters) - Le ministère de la Défense a annoncé mercredi la dissolution d'un régiment d'artillerie, la fermeture d'une base navale et le désarmement de cinq bâtiments de la marine dans le cadre d'une restructuration de l'armée française qui s'inscrit dans un vaste plan d'économies. L'emblématique hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris, qui accueille chefs d'Etat du monde entier et personnalités françaises comme internationales sera quant à lui transformé en "pôle d'excellence" en matière de recherche et de formation. Les activités médicales seront transférées aux deux autres hôpitaux d'instruction des armées de la région parisienne, l'hôpital Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), et l'hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), plus performants et plus récents. Selon la CGT, le coût de remise aux normes du Val-de-Grâce, qui n'a "pas connu de travaux majeurs depuis 1979" selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, serait de 250 millions d'euros. Connue depuis plusieurs jours, la dissolution du 1er régiment d'artillerie de marine et de l'état-major de la 1ère brigade mécanisée, tous deux basés à Châlons-en-Champagne (Marne), sera effective d'ici 2015. Pour le maire UMP de cette ville de 45.000 habitants, Benoist Apparu, cette dissolution devrait se traduire par une perte de 960 emplois directs et de 700 emplois indirects. "C'est une catastrophe économique", a-t-il estimé sur France Info. C'est un plan social de 1.000 personnes, ça veut dire des familles qui vont partir de la ville, c'est une vingtaine de classes qui vont être supprimées". Concernant l'armée de l'air, la dissolution de la base aérienne 102 de Dijon-Longvic est lancée. Le commandement des forces aériennes sera transféré vers la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac. "FORCES OPÉRATIONNELLES PRÉSERVÉES" Quant à la Marine, les activités se concentrent aujourd'hui autour des ports de Brest (Finistère) et de Toulon (Var). En 2015, cinq bâtiments seront désarmés, la base navale de l'Adour à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) sera fermée tout comme le commandement maritime de Strasbourg (Bas-Rhin). Pour accompagner cette restructuration, qui s'inscrit dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019 qui prévoit la suppression de 7.500 postes en 2015, 205 millions d'euros seront consacrés en 2015 aux personnels et 150 millions d'euros aux territoires. A l'heure où la France est engagée sur différents fronts, notamment dans la bande sahélo-saharienne où 3.000 hommes seront mobilisés à terme dans le cadre de l'opération anti-terroriste Barkhane, Jean-Yves Le Drian assure que les forces opérationnelles seront préservées. "Les deux tiers des 23.500 suppressions de postes (complémentaires aux 10.175 postes dont la suppression était inscrite dans la précédente loi de programmation) doivent porter sur le soutien, les structures organiques, l'environnement et l'administration du ministère, préservant ainsi les forces opérationnelles", souligne le ministre de la Défense dans son message aux armées. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.