Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France recentre son aide au développement sur l'Afrique

Reuters31/07/2013 à 18:00

L'AIDE AU DÉVELOPPEMENT ACCORDÉE PAR LA FRANCE RECENTRÉE SUR L'AFRIQUE

par Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé mercredi un recentrage de son aide au développement sur l'Afrique et les pays les plus pauvres, qui absorberont 85% du total des subventions.

Ces nouvelles priorités ont été définies lors d'un comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Cicid), instance créée en 1998 par Lionel Jospin qui se réunissait pour la première fois depuis quatre ans.

Elles feront l'objet d'un projet de loi d'orientation et de programmation de la politique du développement qui sera adopté par le Conseil des ministres avant la fin de l'année et examiné au Parlement début 2014.

"Nous changeons d'ère", a estimé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à l'issue de la réunion qui s'est tenue à Matignon et à laquelle ont participé une quinzaine de ministres.

"Il y a désormais avec Pascal Canfin un ministre du Développement, et non plus de la Coopération qui renvoie à d'autres conceptions plus anciennes, je pense à la conception tant controversée de la France Afrique", a-t-il ajouté.

"Nous sommes engagés dans une maîtrise de nos comptes publics, pour autant la France maintient son effort en matière de développement puisque nous allons consacrer en 2013 3,1 milliards d'euros d'aides directes", a-t-il poursuivi.

Au total, en tenant compte de l'ensemble des actions menées (annulations de dette, secteur humanitaire, accueil des étudiants étrangers...), la France consacrera 9,3 milliards d'euros, soit 0,46 % de son revenu national brut (RNB), à l'aide publique au développement (APD).

TRANSPARENCE

La zone de solidarité prioritaire (ZSP), qui définissait jusqu'à présent la répartition de l'aide française, a perdu de sa "cohérence et de sa pertinence" et va être supprimée au profit d'une aide différenciée qui prendra en compte les besoins et les profils des pays.

À partir de l'an prochain, la moitié des subventions de l'Etat iront aux pays les plus pauvres, tous situés en Afrique, dont une nouvelle liste a été définie mercredi par le Cicid.

Cette liste, qui compte 16 pays, comprend notamment le Burundi, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal ou encore le Tchad.

Au total, 85% de l'effort financier de l'Etat sera consacré aux pays de l'Afrique subsaharienne et aux pays du sud et de l'est de la Méditerranée. L'aide sera également consacrée aux pays "en sortie de crise", comme Haïti, l'Afghanistan, le Yémen et la Palestine.

Dans le reste du monde, en Asie, Amérique Latine et dans les Caraïbes, la France sera également présente, a indiqué Jean-Marc Ayrault, mais recentrera ses aides aux politiques de croissance verte et solidaire. Les grands pays émergents ne devraient plus bénéficier d'aide financière directe, et l'assistance se fera désormais via des prêts non bonifiés et non plus des dons.

Pour financer cette politique, le gouvernement mise sur une hausse de la taxe sur les billets d'avion, dite "taxe Chirac" qui sera revalorisée de 12,7% l'an prochain.

Des outils de contrôle et d'évaluation vont être par ailleurs mis en place afin de garantir la transparence de l'efficacité de l'aide qui a été "longtemps un sujet de controverse", selon le Premier ministre.

Il a expliqué que pour l'aide à la reconstruction du Mali, par exemple, les aides seront mises en ligne sur internet avec leur objet et leurs destinataires.

"Chacun pourra ainsi vérifier grâce à ces indicateurs si on a amélioré la situation au niveau scolaire, en matière agricole ou de santé", a conclu Jean-Marc Ayrault.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.