Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France prête à intercéder pour la Grèce si elle est "sérieuse"

Reuters06/07/2015 à 10:19

* Paris appelle à respecter le vote du peuple grec * C'est au gouvernement grec de faire des propositions-Sapin * Le fil du dialogue est jugé ténu PARIS, 6 juillet (Reuters) - La France est prête à intercéder en faveur d'une reprise des négociations entre la Grèce et ses créanciers, après le "non" des Grecs au plan européen "argent frais contre réformes", mais à condition qu'Athènes fasse des propositions "sérieuses". Les suites à donner à ce "non" massif (61%) seront au coeur d'un entretien lundi en fin d'après-midi entre François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays a adopté jusqu'ici une attitude beaucoup plus rigide à l'égard d'Athènes. Au lendemain du référendum grec, les dirigeants français insistent sur la nécessité de respecter ce vote mais aussi sur l'obligation pour le gouvernement d'Alexis Tsipras de sortir d'une opposition stérile aux propositions qui lui sont faites. Les bases d'un dialogue existent mais c'est à Athènes de "démontrer qu'elle prend au sérieux ce dialogue", a ainsi dit le ministre des Finances, Michel Sapin, sur Europe 1. "Le peuple s'est exprimé, il faut respecter ce vote", a-t-il déclaré. "Mais le vote lui-même ne règle rien de manière automatique (...) A partir de là c'est au gouvernement grec de faire des propositions". Michel Sapin a laissé entendre que les créanciers de la Grèce pourraient, en contrepartie, tenir compte du poids de la dette grecque et faire ainsi un pas vers les revendications d'Alexis Tsipras et de son gouvernement, qui exigent que la question de l'endettement fasse partie d'un accord. "Si la Grèce fait des propositions sérieuses, solides, si de notre côté (...) nous faisons en sorte que cette dette soit dans les premiers temps, les premières années, allégée pour permettre à la Grèce de s'en sortir, alors il y a une base pour que des discussions puissent déboucher", a-t-il encore dit. Il a cependant reconnue que le "fil du dialogue" était "très ténu" et n'a pas voulu faire de pronostic sur le maintien ou non de la Grèce dans la zone euro. ASSOUPLISSEMENT GREC? Selon le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, la France souhaite que ces négociations s'engagent vite pour permettre le maintien de la Grèce, alors que se profile une échéance cruciale : le remboursement de 3,5 milliards d'euros par Athènes à la Banque centrale européenne le 20 juillet. Le vote grec "n'a pas indiqué une volonté de sortir de l'euro", a souligné Harlem Désir sur iTELE. Mais il faut que le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, "dise ce qu'il veut faire de ce vote" et il faut qu'il le fasse "rapidement". Le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll, a vu dans la démission du très radical ministre grec des Finances aux prises de positions provocatrices, Yanis Varoufakis, le signe d'un possible assouplissement de la position d'Alexis Tsipras. "Il faut que chacun ait conscience qu'on a besoin aujourd'hui de se respecter. Ça vaut aussi pour les Grecs", a dit le ministre de l'Agriculture sur BFM TV RMC. "Je pense que dans ces négociations on va chercher, pour négocier, à trouver des compromis, on ne peut pas se renvoyer comme ça des arguments qui n'en sont pas", a-t-il ajouté. Dans un entretien publié samedi par un quotidien espagnol, Yanis Varoufakis avait notamment accusé les créanciers de la Grèce de "terrorisme". Il explique lundi sur son blog que sa démission a été jugée opportune par le Premier ministre grec en vue de la conclusion d'un accord. (Emmanuel Jarry, Marine Pennetier et Yann Le Guernigou)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.