Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France, prête à intercéder, croit à un accord avec la Grèce

Reuters29/06/2015 à 11:43

POUR FRANÇOIS HOLLANDE, UN ACCORD AVEC LA GRÈCE EST TOUJOURS POSSIBLE

PARIS (Reuters) - La France a dit lundi croire encore en la possibilité d'un accord entre la Grèce et ses créanciers, mais François Hollande a signifié à Athènes que la balle était dans son camp.

Les autorités françaises, qui "regrettent" la décision du Premier ministre grec Alexis Tsipras de rompre les négociations et de convoquer un référendum, se disent prêtes à jouer les "traits d'union" pour relancer le dialogue.

"La France est disponible, toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre aujourd'hui ou demain, mais aujourd'hui il y a toujours la possibilité d'un accord, demain, ça dépendra de la réponse des Grecs au référendum", a déclaré François Hollande à l'issue d'un conseil des ministres restreint consacré à la situation grecque.

"La France est toujours prête à agir, mais elle ne peut le faire que s'il existe une volonté commune de parvenir à une solution", a-t-il insisté.

L'exécutif français dit respecter la décision d'Alexis Tsipras d'organiser un référendum le 5 juillet sur le programme de soutien à la Grèce, mais il en appelle à la "responsabilité".

"C'est son choix souverain, (...) c'est la démocratie, c'est le droit du peuple grec de dire ce qu'il veut pour son avenir", a poursuivi le président français. "La solidarité est toujours possible quand la responsabilité est là".

Le ministre français des Finances, Michel Sapin, a confirmé sur France Inter que la France se tenait prête à jouer les intermédiaires.

"Nous sommes bien placés pour que nous soyons les acteurs de cette reprise du dialogue, en lien avec les autorités européennes", a-t-il justifié.

"Est-ce que demain il peut y avoir une nouvelle capacité à accompagner la Grèce? La réponse est oui, dans les conditions du dialogue, de la négociation, de la discussion, du respect".

"La place de la Grèce, c'est dans l'euro", a souligné Michel Sapin, qui considère toutefois qu'un "Grexit" est désormais "une possibilité".

"IL RESTE ENCORE UN ESPACE"

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, devait indiquer lundi à la mi-journée "la voie à suivre" pour favoriser une reprise des discussions, a annoncé Pierre Moscovici, pour qui les parties sont "à quelques centimètres d'un accord".

Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières a estimé sur RTL qu'il restait "des marges pour la négociation".

Pierre Moscovici a exhorté ouvertement le chef du gouvernement grec à appeler au "oui" pour le référendum, alors qu'Alexis Tsipras a indiqué qu'il allait demander aux Grecs de rejeter les dernières propositions des créanciers.

L'enjeu, a-t-il dit, est de "parvenir à convaincre le gouvernement grec d'appeler à voter 'oui'" et "comment nous pouvons faire en sorte qu'on vote 'oui' en Grèce". "Moi je souhaite que M. Tsipras puisse appeler à voter 'oui'".

Les positions entre Athènes et ses créanciers étaient "assez proches" avant qu'Alexis Tsipras ne décide de suspendre les pourparlers, "maintenant il reste encore un espace", a insisté Pierre Moscovici.

Il s'est voulu rassurant sur les conséquences d'une possible sortie de la Grèce de la zone euro : "La zone euro aujourd'hui a tous les moyens de traiter toutes les situations, (...) nous avons tous les pare-feux pour faire face à ça".

François Hollande a souligné que la France était une économie "robuste" et qu'elle n'avait "rien à craindre de ce qui peut se produire". Pierre Moscovici a dit pour sa part que "les impacts éventuels sur l'économie française seraient très limités".

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.