Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France préserve son "exception culturelle"

Reuters15/06/2013 à 16:07

LA FRANCE PRÉSERVE SON "EXCEPTION CULTURELLE"

PARIS (Reuters) - La France s'est félicitée samedi de l'accord conclu avec les autres membres de l'Union européenne qui préserve son "exception culturelle" en excluant, comme le souhaitait Paris, le secteur audiovisuel du mandat des négociations commerciales de libre-échange avec les Etats-Unis.

Jean-Marc Ayrault avait brandi mercredi la menace d'user du droit de veto français si la culture (le cinéma, la télévision, les contenus numériques et internet) était incluse dans le mandat de la Commission européenne dans ces discussions qui doivent s'ouvrir en juillet.

La France estime que l'exception culturelle est un moyen de protéger l'industrie européenne du divertissement et de l'internet face à Hollywood et à la Silicon Valley.

"Ce n'était pas facile, il a fallu être tenace et faire comprendre à mes collègues qu'au travers de cette bataille nous protégions la culture européenne et nous lui permettions de se projeter vers l'avenir", s'est réjouie la ministre du Commerce Nicole Bricq sur BFM TV.

Le compromis final conclu vendredi prévoit toutefois que le secteur de l'audiovisuel puisse être ajouté par la suite dans le mandat de négociations, un scénario écarté par Nicole Bricq.

"Ce n'est pas un risque particulier. La Commission européenne doit revenir devant les Etats membres surtout s'il y a une modification de son mandat", a-t-elle dit. Or, "nous avons obtenu que la même règle s'applique, c'est-à-dire l'unanimité, la France pourra s'il en était question dire non à l'exception culturelle dans le mandat, donc nous avons obtenu si je puis m'exprimer ainsi bretelles et ceinture".

Pour la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, qui avait promis que la France "défendrait jusqu'au bout l'exception culturelle", l'accord est "un succès pour la diversité culturelle, partout en Europe."

Un enthousiasme qu'est loin de partager le Front national, qui dénonce une "débâcle" et une opération de communication.

"Eviter provisoirement un coup dur pour en préparer d'autres, notamment dans l'industrie et l'agriculture, relève de la plus absurde politique", écrit Florian Philippot, vice-président du FN. "Il n'y aura donc de victoire pour la France que lorsque les négociations sur le marché transatlantique UE-Etats-Unis auront été abandonnées."

COMPROMIS

Douze heures ont été nécessaires vendredi aux ministres du Commerce des 27 Etats membres réunis à Luxembourg pour trouver un compromis et s'accorder sur un mandat de négociation qui sera confié à la Commission européenne.

Les Etats-Unis ont promis qu'ils viendraient à la table des négociations avec un mandat aussi large que possible.

Le secteur audiovisuel européen représente 17 milliards d'euros et environ un million d'emplois. Les Etats-Unis vendent beaucoup plus de musique, de films et d'émissions de télévision en Europe qu'ils n'en importent. L'avantage net en leur faveur est de 1,5 milliard d'euros par an sur la période 2004-2011.

Au total, les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l'Europe représentent trois milliards de dollars par jour et un accord de libre-échange transatlantique dessinerait les contours d'un nouveau système commercial mondial.

Il offrirait aux économies des deux rives de l'Atlantique une croissance en volume de 100 milliards de dollars par an, une perspective attractive pour l'UE dont plusieurs Etats membres sont en récession.

La prochaine étape de ce processus devrait avoir lieu lors du sommet du G8 la semaine prochaine en Irlande du Nord où les dirigeants européens rencontreront Barack Obama. Négociateurs européens et américains espèrent parvenir à boucler le dossier avant la fin de l'année prochaine.

Marine Pennetier, avec Philip Blenkinsop et Robin Emmott à Luxembourg


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.