Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France ne rognera pas sur la dissuasion, dit Le Drian

Reuters02/08/2013 à 21:09

LA FRANCE NE RÉDUIRA PAS SON SYSTÈME DE DISSUASION NUCLÉAIRE, ASSURE JEAN-YVES LE DRIAN

PARIS (Reuters) - La France n'envisage pas de réduire son système de dissuasion nucléaire à une seule composante malgré la nécessité pour ses armées de participer à l'effort de réduction des déficits, a déclaré vendredi Jean-Yves Le Drian.

Le ministre de la Défense, qui a présenté ce même jour en conseil des ministres le projet de budget pluriannuel de la défense, s'est agacé du débat sur la pertinence de conserver les deux composantes, sous-marine et aérienne, de la dissuasion dans un contexte de contraintes budgétaires tous azimuts.

"La dissuasion est un tout et elle est notre garantie suprême, elle ne se divise pas", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "L'arme océanique comme l'arme aéroportée sont complémentaires".

La dissuasion nucléaire, d'un coût estimé à environ 3,5 milliards d'euros annuels, reste donc sanctuarisée dans ses deux composantes.

Plusieurs voix se sont pourtant élevées dernièrement dans les milieux industriels et militaires pour suggérer de réduire la voilure sur la dissuasion afin de protéger les forces conventionnelles, durement touchées par les restrictions et les pertes d'effectifs.

Le centriste Hervé Morin, ministre de la Défense sous la présidence de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2010, a ainsi reproché vendredi à François Hollande de n'avoir pas le courage de remettre en question le dogme de la double dissuasion.

Le président aurait dû "assumer le fait que la France n'est plus capable de financer deux composantes pour la dissuasion, afin de de?gager les cre?dits ne?cessaires pour les priorite?s de nos forces conventionnelles (...) et donc aller vers l'extinction progressive de la composante ae?roportée", estime Hervé Morin dans un communiqué.

UN BUDGET "INQUIÉTANT" POUR L'UMP

Pour Jean-Yves Le Drian, ce débat n'a pas lieu d'être.

"Le président de la République s'est engagé à maintenir l'ensemble de la dissuasion, elle sera maintenue et rénovée", a dit le ministre de la Défense, qui détaillait lors d'une conférence de presse la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019.

Ce projet de loi, que Jean-Yves Le Drian défendra à l'automne devant le Parlement, prévoit la suppression de près de 34.000 postes au sein des armées et le gel du budget de la défense à 31,4 milliards d'euros annuels sur les trois prochaines années.

Si Jean-Yves Le Drian estime qu'il s'agit d'un budget équilibré permettant de garantir à la France son autonomie stratégique, l'opposition n'est pas de cet avis.

Le député UMP Marc Laffineur, spécialiste des questions de défense, a dénoncé un "budget en trompe-l'oeil, fondé sur des recettes aléatoires dégagées non seulement d'une réduction des effectifs humains mais aussi des moyens de notre armée".

Ce budget est "inquiétant" et "menace notre capacité d'intervention, notre force de frappe et pis encore, la place de France dans le monde alors qu'elle prendra la tête du Conseil de sécurité de l'Onu au mois de décembre", ajoute le parlementaire dans un communiqué.

Pour le Front national, la LPM "montre l'absence totale d'ambition du gouvernement pour notre pays et l'irresponsabilité qui caractérise l'ensemble de son action".

Dans un communiqué, le parti de Marine Le Pen dénonce "un budget ridiculement bas de l'ordre de 1,5% du PIB" qui poursuit "le déclassement après le désastre des années Sarkozy".

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.