Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France modifie son budget 2015 pour amadouer Bruxelles

Reuters27/10/2014 à 19:38

* Après l'Italie, la France fait un effort supplémentaire * Paris promet de réduire le déficit structurel de 0,5 point * Michel Sapin "ne doute pas" que la Commission sera satisfaite (Actualisé avec nouveaux détails, économiste) par Jean-Baptiste Vey PARIS, 27 octobre (Reuters) - La France a présenté lundi à la Commission européenne une modification de ses projets budgétaires pour l'an prochain, a annoncé le ministre des Finances, Michel Sapin, dans l'espoir d'échapper à un bras de fer avec ses partenaires européens. Dans un entretien avec les agences de presse, il a expliqué que le déficit public serait réduit en 2015 de 3,6 à 3,7 milliards d'euros de plus que prévu, grâce à l'actualisation de prévisions de dépenses et des mesures de recettes nouvelles. Ceci permettra de réduire le déficit structurel, c'est-à-dire hors effet de la conjoncture, de plus de 0,5 point de PIB contre 0,2 prévu jusqu'à présent, a-t-il ajouté. "La France présente là les précisions et les éléments qui nous permettent de rester dans les clous", a expliqué Michel Sapin, après des annonces similaires faites lundi matin par l'Italie, un autre mauvais élève. ID:nL5N0SM24P Le niveau des économies prévues en 2015, soit 21 milliards d'euros, est confirmé, le gouvernement considérant que faire davantage aggraverait la situation de faible croissance et de faible inflation constatée en France comme dans la zone euro. La Commission européenne devrait s'exprimer mercredi sur le respect ou non par la France des règles budgétaires. Loin de ramener son déficit public à la limite européenne de 3% du PIB fin 2015 comme elle s'était engagée à le faire, la France a repoussé cet objectif à fin 2017, soit après la prochaine élection présidentielle. La trajectoire des finances publiques présentée en septembre prévoit que le déficit public sera à peine réduit l'an prochain, à 4,3% du PIB contre 4,4% fin 2014. "AMÉNAGEMENTS COSMÉTIQUES" Prié de dire quel impact sur le niveau du déficit en points de PIB auraient les modifications annoncées lundi, Michel Sapin a répondu : "Tout ça a des effets mais ça ne change pas fondamentalement la question des 3%." Selon Jean-Louis Mourier, économiste chez Aurel-BGC, les dernières annonces "sont des aménagements cosmétiques destinés à répondre aux exigences de la Commission européenne a minima". "On sera peut-être à 4,1% de déficit public au lieu de 4,3% mais on ne sera pas à 3% en 2015", a-t-il dit à Reuters. "Le fond du problème reste le même : il n'y a pas de croissance en zone euro." Les 3,6 à 3,7 milliards d'euros de baisse du déficit public par rapport à la prévision initiale (93 milliards) seront composés d'environ 1,5 milliard d'actualisation des prévisions, notamment des dépenses en moins, et de plus de deux milliards d'euros de mesures nouvelles, en majorité côté recettes. Côté actualisations, les faibles taux d'intérêt permettront de réduire le coût de la dette de 400 millions d'euros par rapport aux prévisions. La contribution française au budget européen devrait quant à elle être inférieure de 300 à 600 millions d'euros par rapport aux prévisions. Le coût du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) est par ailleurs réévalué. LUTTE CONTRE LA FRAUDE FISCALE Parallèlement, 900 millions d'euros de recettes additionnelles viendront de nouvelles dispositions de lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale, 500 millions d'euros de la non déductibilité de l'impôt sur les sociétés de certaines taxes, 300 millions d'euros de ressources supplémentaires des collectivités locales, venant par exemple de la taxe de séjour, et 350 millions d'euros d'autres mesures. Le déficit structurel, devenu crucial dans l'appréciation des projets de budgets des Etats par la Commission européenne, serait réduit de 0,5 point de PIB l'an prochain au lieu des 0,2 annoncés en septembre, un montant considéré comme particulièrement faible par rapport à la baisse de 0,8 point sur laquelle la France s'était engagée auparavant. Le 0,2 point était en fait 0,24, a précisé Michel Sapin aux agences de presse. A ce 0,24, le ministère des Finances considère qu'il faut ajouter 0,1 point lié au traitement comptable du CICE. Les 3,6 à 3,7 milliards d'euros d'amélioration du solde public par rapport aux prévisions correspondent au 0,15 point restant pour atteindre 0,5 point, a ajouté Michel Sapin. Ces évolutions interviendront soit dans le cadre de l'examen de loi de finances pour 2015 soit lors du projet de loi de finances rectificative qui sera présenté le 12 novembre au conseil des ministres, comme par exemple les nouvelles mesures de lutte contre la fraude et l'optimisation fiscale, a-t-il précisé. Dans sa lettre adressée lundi au vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen, Michel Sapin écrit que la démarche de la France "est en ligne avec nos règles communes et les flexibilités qu'elles contiennent. Elle est aussi adaptée à la situation macroéconomique de la zone euro". "Je ne doute pas que les éléments déjà connus de notre projet de plan budgétaire ainsi que ceux que nous précisons aujourd'hui permettront à la Commission d'apprécier l'effort structurel réalisé par la France en 2015", poursuit Michel Sapin. Pour la lettre à la Commission européenne : http://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/Courrier_de_Michel_Sapin_Jyrki_Katainen_27_octobre_2014.pdf (avec Leigh Thomas et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.