Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France exclut toute coopération avec Assad contre l'EI

Reuters28/08/2014 à 14:12

* La Syrie prête à coopérer avec l'Occident contre l'EI * Les USA et les Européens lui opposent une fin de non recevoir * Hollande appelle à amplifier l'aide à l'Irak (Actualisé avec déclarations, précisions, contexte) PARIS, 28 août (Reuters) - Le président syrien ne peut pas être un partenaire dans la lutte contre le terrorisme, a déclaré jeudi François Hollande à l'heure où Damas se dit prêt à coopérer avec la communauté internationale pour combattre l'Etat islamique (EI) qui contrôle une partie du nord de la Syrie et de l'Irak. "Une large alliance est nécessaire mais je veux que les choses soient claires : Bachar al Assad ne peut pas être un partenaire de lutte contre le terrorisme, c'est l'allié objectif des djihadistes", a dit le chef de l'Etat lors de la conférence des ambassadeurs à Paris. "Il n'y a pas de choix possible entre deux barbaries parce qu'elles s'entretiennent mutuellement". Plus de trois ans après le début du conflit syrien, qui a fait selon les estimations de l'Onu près de 200.000 morts, Bachar al Assad semble pour le moment conforté par la montée en puissance de l'EI qui a affaibli la rébellion modérée et pris de court les Occidentaux. ID:nL5N0QV0QC A Damas, on estime que la situation actuelle confirme l'analyse faite dès le départ par le chef de l'Etat syrien qui qualifiait le mouvement de contestation pacifique de son régime de "groupes terroristes armés". Les opposants au régime accusent le président syrien d'avoir délibérément facilité l'implantation du groupe venu d'Irak pour appuyer son discours. Lundi, le chef de la diplomatie syrienne Walid al Moualem a fait savoir que son pays était prêt à collaborer à une initiative internationale pour lutter contre l'EI, affirmant que Damas était un partenaire essentiel dans cette lutte contre l'organisation sunnite issue d'Al Qaïda. SOUTIEN AMPLIFIE A L'IRAK Une offre rejetée par les Etats-Unis, qui étudient actuellement la possibilité d'étendre la lutte contre l'EI en Syrie après une série d'opérations aériennes contre les positions des djihadistes en Irak, par la Grande-Bretagne ou encore par l'Allemagne qui a assuré que Berlin n'avait aucune intention de renouer le contact avec Damas. Face à la situation en Irak, la France a fourni une aide humanitaire pour venir aux populations réfugiées et a livré des armes aux forces engagées en première ligne contre les djihadistes, a rappelé François Hollande jeudi, mais "nous ne pouvons pas en rester là". "Le soutien doit être amplifié pour préserver l'unité de l'Irak et permettre que chaque communauté puisse vivre en paix", a-t-il estimé, précisant que cette question serait au coeur de la conférence internationale sur la sécurité en Irak qui se tiendra à Paris "dès lors que le gouvernement irakien aura été constitué". Cette initiative vise à améliorer la coordination de l'action internationale contre l'Etat islamique, sur le plan humanitaire, sécuritaire mais aussi militaire", a indiqué François Hollande. Nommé le 11 août dernier, le Premier ministre irakien, le chiite Haïdar al Abadi, s'est dit optimiste lundi quant à la formation prochaine d'un gouvernement d'union nationale. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.