1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France doit prêter une plus "grande attention" à la Pologne (ministre français)
AFP21/05/2019 à 16:59

La France a eu "tort" de "mépriser" la Pologne et doit lui prêter une plus "grande attention" ainsi qu'aux autres pays d'Europe de l'Est, a estimé mardi le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire

"Nous devons nous tourner vers les pays de l'Est, vers la Pologne qui sera demain une des grandes nations européennes, qui a un taux de croissance parmi les plus élevés en Europe", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec l'Association de la Presse diplomatique française (APDF).

"La France a méprisé la Pologne et elle a eu tort. Elle doit désormais lui prêter une très grande attention, elle doit lui donner la considération, le respect et construire économiquement, financièrement des projets avec elle", a-t-il ajouté en relevant qu'elle y avait aussi "des intérêts économiques majeurs".

La France et l'Allemagne ont ainsi proposé à la Pologne de participer à leur projet de consortium européen de batteries de voitures électriques. Ce pays pourrait "se spécialiser sur le recyclage des batteries", a précisé le ministre.

Les pays de l'Est seront "essentiels" dans la poursuite du projet européen, a estimé Bruno Le Maire.

"Cela ne veut pas dire que nous allons revenir en arrière sur la question de la défense de l'Etat de droit, sur certains points qui sont essentiels aussi bien en Pologne qu'en Hongrie ou ailleurs", a-t-il ajouté.

"Mais attention à l'ostracisation parce que je pense qu'elle ferait courir un risque majeur à la construction européenne dans les années qui viennent", a-t-il martelé.

Bruno Le Maire a démenti toutefois vouloir chercher ainsi un contrepoids en Europe en réponse aux difficultés actuelles du couple franco-allemand.

"L'essence même de la construction européenne repose sur la confrontation franco-allemande (..) Et nous arrivons toujours à dépasser nos différences", a-t-il dit.

Peu après son élection en 2017, Emmanuel Macron avait affirmé que la Pologne allait "à l'encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets" et remettait "en cause l'Etat de droit", des propos qualifiés alors d'"arrogants" à Varsovie où un gouvernement conservateur nationaliste est au pouvoir depuis 2015. Les relations se sont toutefois améliorées depuis.

L'Union européenne estime que les changements introduits par le parti (PiS) au pouvoir portent atteinte à l'indépendance de la justice et font courir un danger au respect de l'Etat de droit en Pologne.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • homlib
    21 mai18:02

    La Pologne pro-OTAN et russophobe achète américain, elle installe un terminal pour importer le gaz de schiste américain alors que le gaz russe est mois cher.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer