Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France discute sanctions face à l'impasse politique en RCA

Reuters15/10/2015 à 14:45

PARIS, 15 octobre (Reuters) - La France a plaidé jeudi pour de nouvelles sanctions à l'encontre de ceux qui entravent le processus de transition politique en Centrafrique, où une concertation est actuellement boycottée par une dizaine de partis politiques et des groupes armés sur fond de violences politiques. "Nous sommes favorables à l'adoption de nouvelles sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies à l'encontre de ceux qui menacent la paix et la stabilité et entravent le processus de transition politique en Centrafrique", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay. "Nous travaillons en ce sens avec nos partenaires du conseil de sécurité", a-t-il ajouté, refusant de donner plus de détails. Les sanctions consisteraient en un gel des avoirs et une interdiction de voyager, selon une source diplomatique française qui a refusé de donner le nom des personnes qui pourraient être concernées par ce nouveau train de sanctions. Les sanctions onusiennes concernent jusqu'à présent cinq personnes, dont l'ex-président François Bozizé et un leader de la Seleka Noureddine Adam. L'ex-colonie française est plongée dans une impasse politique. Des groupes armés et une dizaine de formations politiques, notamment l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) liée à l'ex-Séléka, une milice majoritairement musulmane, boycottent la concertation organisée par la présidente de transition Catherine Samba-Panza jusqu'au 21 octobre. Le Parti centrafricain pour l'unité et le développement (PCUD), lié à la milice chrétienne anti-balaka, a également fait savoir qu'il ne participerait pas aux réunions. La Centrafrique est secouée par des violences depuis 2013 et les autorités ont du mal à désarmer les milices rivales malgré l'accord de paix conclu en mai dernier. Le mois dernier, des affrontements à la suite de l'assassinat d'un musulman à Bangui ont fait 77 morts et 400 blessés. Initialement prévues dimanche prochain, les élections législatives et présidentielle devraient être repoussées en raison de problèmes logistiques et de la situation sécuritaire. (John Irish, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.