1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La France débloque une nouvelle enveloppe pour les éleveurs
Reuters30/08/2016 à 19:27

    PARIS, 30 août (Reuters) - Le ministre français de 
l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé mardi une enveloppe 
supplémentaire de près de 50 millions d'euros pour les éleveurs, 
en priorité les producteurs laitiers confrontés à un 
effondrement des cours, complétant une aide européenne décidée 
en juillet. 
    La Commission européenne avait annoncé le mois dernier un 
plan de 500 millions d'euros pour aider les éleveurs à faire 
face à une crise dans le secteur laitier, frappé par une 
surproduction liée en partie à la fin des quotas européens. 
    Ce plan prévoyait des avantages financiers, à hauteur de 150 
millions d'euros, censés aboutir à une réduction de la 
production de lait, ainsi que des aides directes plus larges 
d'un montant total de 350 millions d'euros, qui pouvaient être 
complétées par des aides nationales.   
    Sur ces 350 millions d'euros, la France s'était vu accorder 
49,9 millions. Le ministère français de l'Agriculture a décidé 
de doubler ce montant avec des crédits nationaux. 
    En vertu du plan européen, les agriculteurs doivent recevoir 
une aide de 140 euros pour chaque tonne de lait non produite.  
    La France complètera cette somme avec 100 euros 
supplémentaires sur un volume maximum de 5% de la production 
initiale, a précisé Stéphane le Foll. 
    Le gouvernement redoute qu'une réduction de production 
supérieure à 5% ne pénalise le secteur bovin, déjà en crise.  
    Les producteurs de lait, pour réduire leurs volumes, 
pourraient être tentés de réduire leur cheptel et augmenter 
ainsi le nombre d'animaux abattus, ce qui entrainerait une 
baisse des prix, a-t-on expliqué au ministère. 
    Le groupe laitier Lactalis et les producteurs ont conclu 
mardi un accord sur le prix du lait après trois sessions de 
négociations menées sous la pression d'actions des producteurs, 
qui ont finalement appelé à lever les blocages.     
 
 (Sybille de La Hamaide et Gérard Bon, édité par Simon Carraud) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer