Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France confiante sur l'avis de Bruxelles sur son budget

Reuters19/10/2014 à 23:47

* Paris ne respecte pas ses engagements européens * Bruxelles doit rendre son avis dans les prochaines semaines * Macron dément l'existence d'un pacte entre Paris et Berlin (Actualisé avec nouvelles déclarations, précisions, contexte) PARIS, 19 octobre (Reuters) - La France s'est dite confiante dimanche sur l'avis que doit rendre dans les prochaines semaines la Commission européenne sur son projet budgétaire pour 2015 qui prévoit un déficit public supérieur à la limite européenne. "Je suis totalement sûr à ce stade qu'il n'y aura pas d'avis négatif de la Commission parce que nous ne nous mettons pas dans cette situation", a déclaré le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, invité du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro". Le budget de la France fait "l'objet d'une discussion qui est normale avec la Commission européenne dans le cadre des traités", a-t-il indiqué. Prié de dire s'il pensait que cette discussion aboutirait à un avis négatif de la CE, il a répondu : "Non je n'ai aucun doute à cet égard". Paris a envoyé mercredi dernier à la Commission européenne son projet de budget pour 2015 qui prévoit un déficit public représentant 4,3% de son produit intérieur brut (PIB), supérieur à la règle européenne des 3%. Si elle estime qu'il s'agit là d'un "manquement grave" au pacte de stabilité et de croissance, la CE pourrait demander à la France de revoir sa copie, ce qui serait une première pour un pays de la zone euro. "Pourquoi ne les avons-nous pas tenus (ces engagements en matière de déficit budgétaire)? Parce que les hypothèses d'inflation et de croissance sur la base desquelles nous avions fait ce budget ont bougé", a dit Emmanuel Macron qui doit se rendre lundi à Berlin avec le ministre du Budget Michel Sapin pour parler croissance avec leurs homologues respectifs. Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, la France et l'Allemagne prépareraient un accord qui permettrait à Paris d'obtenir le feu vert de la Commission européenne. Les deux gouvernements seraient en train de mettre au point un accord écrit par lequel la France s'engagerait à fournir à Bruxelles une feuille de route détaillée en matière de réduction de déficit et de réforme structurelle, écrit l'hebdomadaire qui ne cite pas ses sources. "GAGE DE CONFIANCE" L'existence ou la préparation d'un document écrit retranscrivant un tel accord a été démentie par un haut fonctionnaire du gouvernement allemand et par Emmanuel Macron. "C'est faux, mais il y a la volonté de mettre en place ce deal qui est que nous, nous fassions des réformes (...)", a dit le ministre de l'Economie. "En contrepartie, et c'est ça le bon deal, c'est que les Allemands, rassurés par le travail que nous faisons, puissent investir pour eux-mêmes - ils ont une capacité - et qu'ils nous aident à porter un vrai plan d'investissement en Europe, les fameux 300 milliards de Juncker, parce que c'est ça la bonne relance", a souligné en faisant référence à la volonté du futur président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, d'investir 300 milliards d'euros dans de grands projets pour relancer l'emploi et la croissance. La chancelière Angela Merkel a demandé cette semaine aux pays européens de poursuivre leurs efforts de réduction des déficits budgétaires et d'amélioration de leur compétitivité pour surmonter la crise de la zone euro. Des pays comme la France et l'Italie, qui assure la présidence de l'Union européenne, pressent de leur côté l'Europe de faire preuve d'une plus grande souplesse en matière de règles budgétaires afin de relancer plus activement la croissance et l'emploi. La question de la croissance dans la zone euro et des réformes françaises sont au menu entre autres du sommet européen prévu jeudi et vendredi à Bruxelles. Les intérêts de Paris et de Berlin "sont plus alignés" depuis que l'Allemagne, touchée par les effets des crises à l'étranger, a ramené sa projection de croissance de 2014 de 1,8% à 1,2% et celle de 2015 de 2,0% à 1,3%, a estimé Emmanuel Macron. "Aujourd'hui, nous avons toutes les conditions pour faire un nouveau pas avec nos partenaires allemands (...). Les Allemands sont en train de subir les conséquences de la crise ce qui n'était pas le cas jusqu'alors", a-t-il ajouté. Voir aussi : Emmanuel Macron veut soigner les maux de l'économie française ID:nL6N0SA4U2 (Marine Pennetier, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Danielle Rouquié)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.